Paix à leurs armes

Je déteste les livres, ils sont le malheur du monde.
Enzo G. Castellari - Les Nouveaux barbares
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 juillet

Contenu

Roman - Policier

Paix à leurs armes

Enlèvement - Corruption - Finance MAJ jeudi 31 mars 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Oliver Bottini
Ein paar Tage Licht - 2014
Traduit de l'allemand par Didier Debord
Paris : Piranha, janvier 2016
380 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-37119-025-2
Coll. "Black Piranha"

Une guerre toujours recommencée

Il est parfois intéressant pour comprendre une situation d'effectuer un petit pas de côté et de regarder les choses avec un nouvel angle. Prenez par exemple, le cas des relations franco-algériennes. Entre la colonisation et la guerre d'indépendance, le sort des harkis et les remous dans les banlieues de ceux que l'on appelle pudiquement "les jeunes", les dernières décennies ont été fécondes en évènements tristes. Il faut ajouter les soubresauts de la guerre civile algérienne et le massacre des moines de Tibhirine qui vient de rebondir avec de nouvelles informations. Bien évidemment, le regard d'un écrivain français, aussi impartial soit-il, passe à travers le prisme de cette histoire commune . Aussi, regarder cette histoire avec des yeux germaniques peut être intéressant.
Au cœur de cette histoire, Ralf Eley, chargé de la sécurité à l'ambassade d'Allemagne en Algérie, un homme qui aime ce pays et sait combien il est trouble avec sa corruption des élites, ses luttes de clans et ses liens entre les islamistes et les forces armées, chacun y trouvant son compte. Ralf Eley apprend l'enlèvement de Peter Richter, industriel allemand qui, pourtant, était protégé dans des locaux surveillés. Si l'enlèvement est mis sur le compte des terroristes, notre homme se rend vite compte que la situation est peut-être plus complexe que cela. En parallèle, au ministère des Affaires étrangères allemands, une nouvelle femme entre en fonction. Ses profondes convictions, notamment sur la vente d'armes à certains pays (dont l'Algérie), risquent de changer la donne, et des scandales peuvent être dévoilés. Certains parmi les industriels qui en vivent, les hommes politiques qui en profitent (par corruption ou pour conserver des emplois dans leur région), ne sont pas très enthousiastes à l'idée de cette nomination qu'il conviendrait de torpiller. Même si nous sommes outre-Rhin, l'intrigue va évoquer évoquer un jeune Français d'origine algérienne qui profite de ces soubresauts pour se rendre en Allemagne. Dans quel but ?
Tout ceci rappelle la théorie de Jean-Patrick Manchette sur les extrémismes, mâchoire du même piège à détruire l'Humanité : comment exister entre les islamistes sanguinaires et le système répressif de l'État algérien ? Derrière le cynisme des dirigeants politiques, l'aveuglement des industriels et la corruption généralisée, il est difficile de faire émerger des sociétés heureuses. Paix à leurs armes raconte, de manière extrêmement construite et travaillée, ces différentes intrigues, sachant doser à la fois les enjeux collectifs et les destins individuels. Elles vont bien entendu se recouper, de manière extrêmement logiques, pour dresser un portrait inquiétant ou accablant du monde actuel : intérêts particuliers contre bien public, enrichissement, des uns sur le misère des autres, regards détournés lorsque cela arrange. Chacun joue sa partition et ce sont les contradictions entre ces différentes mélodies qui vont créer une musique plus ou moins harmonieuse pour l'intrigue mais qui sonnent de manière symphonique à l'oreille du lecteur.

Citation

Les hommes n'ont aucune importance. Les trusts d'armement et les gouvernements ne travaillent pas en fonction des valeurs et des idéaux des hommes, mais en fonction des impératifs économiques. Les processus sont automatisés.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 29 mars 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page