Affaire 15-33

Là-haut, en levant les yeux, il aperçoit une ferme : Védrines. Toute une vie résumée en quelques centaines de mètres. Là-haut, il voulait épouser une veuve. En bas, c'est la Veuve qui maintenant l'épouse.
Patrick Caujolle - Les Grandes affaires criminelles de Lot-et-Garonne
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 19 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Affaire 15-33

Huis-clos - Enlèvement MAJ jeudi 24 mars 2016

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,5 €

Shannon Kirk
Method 15-33 - 2015
Traduit de l'anglais (États-Unis) par laurent Barucq
Paris : Denoël, février 2016
292 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-207-13164-0
Coll. "Sueurs froides"

La sauvegarde est un plat qui se mange froid

On connaît bien à présent le syndrome de Stockholm qui crée un lien empathique entre une personne kidnappée et son ravisseur. Dans ce premier roman de Shannon Kirk, c'est l'effet inverse qui est mis en avant avec une jeune adolescente enlevée qui ne va pas une seconde s'inquièter de son sort. Au contraire, elle prend son temps pour tout calculer, tout réfléchir afin de s'échapper. Elle additionne tous les petits indices, les détails ou les minuscules objets qu'elle peut grappiller afin de coincer son kidnappeur. Il faut dire qu'elle a de quoi car elle a très vite compris que le kidnappeur n'en veut pas à sa virginité ou à son corps mais au bébé qu'elle porte ! Visiblement, le plus simple moyen que ce ravisseur a trouvé pour gagner de l'argent est d'attendre la naissance du bébé, le revendre à une famille adoptante puis jeter la jeune fille de seize ans qui nous préoccupe dans la carrière voisine. En parallèle, on va suivre l'enquête d'un agent du FBI très tenace pour tenter de la sauver. Son parcours va néanmoins osciller entre avancées scientifiques, avantages dus au hasard et quelques événements qui contrarient l'enquête et permettent de soutenir le suspense.
Le ton est très étrange avec d'un côté une équipe de ravisseurs très à cran, sur les nerfs et qui, sans être des amateurs, ressemblent plus à ceux qui parcourent Fargo des frères Coen que de dangereux Hannibal Lecter. De l'autre, une jeune femme qui sait ce qu'elle veut, très intelligente, si peu douée pour l'empathie et les sentiments qu'elle ne sait que compter, réfléchir. Même lorsqu'elle se plaint, elle ne le fait que parce qu'elle sait que cela peut lui servir. Cette psychologie (une sorte d'autisme émotionnel) qui fait écho à des cas réels, est détaillée avec soin par Shannon Kirk, mais on comprend que l'auteur ait choisi d'alterner avec des passages sur son personnage d'agent du FBI pour aérer un peu le roman. Les deux intrigues se rejoignent bien évidemment dans un final où après des temps plus calmes (normal la jeune fille est enfermée dans une chambre) l'histoire s'accélère de la part de tous les protagonistes.
Le principal défaut de ce premier roman concerne son final. Shannon Kirk aurait pu s'arrêter une cinquantaine de pages plus tôt avec la libération de son héroïne, mais elle veut encore raconter de manière détaillée la vengeance de ce personnage central, ce qui déséquilibre le texte. C'est bien dommage car cela fait évidemment retomber la tension. Le suspense se dégonfle comme si l'on épongeait les sueurs froides procurées par le reste du texte. Shannon Kirk a cependant du talent. Reste à voir ce qu'elle en fera dans un prochain roman.

Citation

J'avais décidé depuis la deuxième heure du premier jour que j'essaierais de feindre une politesse d'écolière, d'être reconnaissante ; parce que je me suis rapidement rendu compte que je pouvais me montrer plus maline que mon ravisseur.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 24 mars 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page