Le Nom du père

À force de voir des assassins, des alcoolos et des prostituées de la pire engeance, on croit que tout le monde est ainsi. Tant qu'on ne voit que ça, on se sent bien seul.
Nicholas Ray - La Maison dans l'ombre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 26 septembre

Contenu

Roman - Policier

Le Nom du père

Social - Trafic - Finance MAJ mercredi 02 mars 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Sébastien Meier
Carouge : Zoé, février 2016
396 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-88927-303-4

Douceur feutrée helvétique

L'auteur, l'éditeur et l'histoire de ce roman se situent en Suisse. Outre le chocolat, la Confédération helvétique est connue pour ses banques et sa lenteur. Il y aura bien des banques dans ce roman. Tout tourne autour de traders indélicats et de financiers qui servent d'intermédiaires pour de bien sombres affaires de corruption. Il y a entre autres le besoin d'avoir accès aux ressources pétrolières du Nigéria, quitte à soutenir la junte militaire qui gouverne le pays, quitte à liquider l'opposition rebelle qui aimerait trouver une solution moins polluante pour la nature nigériane. Tout cela se mène à l'aide de montages financiers très complexes, de paradis fiscaux et d'un mélange entre soutiens des hommes politiques locaux, de policiers et de juges qui servent d'espions, et d'hommes de main chargés de s'occuper des quelques récalcitrants. Le Nom du père, de Sébastien Meier, se permet d'ailleurs de remonter le temps. À l'intérieur d'une intrigue contemporaine, la procureure Émilie Rossetti croise la route de Paul Bréguet, un ancien policier mis sur la touche, qui lui raconte comment en 1989, il avait tenté d'en savoir plus sur d'autres opérations liées à l'arrivée des mafias en Suisse et comment le pouvoir suisse l'avait écarté.
Tout commence avec la sortie de prison de Paul Bréguet. C'est donc un ancien policier, fils d'un avocat spécialisé dans les montages financiers occultes et qui vient de mourir. Bréguet n'a qu'une envie : retrouver celui qui a tué Romain Baptiste, un jeune homme qui a également été son dernier amant. Dans ses péripéties, il tombe sur un riche homme d'affaires qui l'engage pour mettre la main sur une clef USB qui aurait justement été entre les mains d'un certain Crozier, autre amant de Romain Baptiste, lié aux milieux de la prostitution. Son enquête va beaucoup remuer bourgeoisie de la Suisse francophone. En ce qui concerne la proverbiale lenteur helvétique, certes le roman n'est pas un thriller hyper rapide, mais il s'adapte à cette atmosphère feutrée, ce mélange entre la vie privée des personnages, à ces magouilles en demi-teintes, avec ces avocats qui, cachés dans le confort de leurs salons, planquent des milliards à l'abri des regards curieux. À la fin du roman, l'un de ces représentants tiendra un discours crédible sur le besoin de ces magouilles pour que la Suisse reste un grand pays et ainsi assurer l'avenir de son peuple. C'est bon comme de l'antique et cela contraste avec certains des moyens mis en œuvre : quelques morts, des bâtiments incendiés, des enfants menacés et des cercueils sur les pas de porte. En prenant son temps, Sébastien Meier montre surtout les doutes, les appréhensions, les vices d'un système si bien huilé qu'il en devient obscène à force de se pratiquer autour de petits fours, de lac Léman mélancolique et d'un système démocratique bourgeois verrouillé, où chacun a des excuses pour le système continue d'exister, parfois même sans en être conscient.
Servi par un style très classique, par une lente montée vers le final, par des personnages décrits avec soin, y compris dans leurs failles intimes, Le Nom du père est un bon roman autour du secret érigé en vertu, de l'hypocrisie montée en univers philosophique, dérangeant comme les univers chabroliens.

Citation

Lausanne est lisse et impénétrable, un monde refermé sur la réalité immédiate, hermétique à quiconque s'en serait échappé, ne serait-ce qu'un instant.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 02 mars 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page