Le Polar

Pour savoir qui c'est, il faut fermer les yeux. Mais qui nous ferme les yeux le soir ? Le Marchand de Sable...
Andrew Pyper - Le Marchand de sable va passer
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Essai - Policier

Le Polar

Enquête littéraire MAJ vendredi 23 octobre 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 9,5 €

Daniel Fondanèche & Audrey Bonnemaison
Paris : Le Cavalier bleu, 0000
128 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-84670-256-0
Coll. "Idées reçues", 187

Le polar et ses idées reçues

La collection "Idée reçue" a pour vocation principale de couper court, justement, à toute idée reçue. Le "Polar", en sa qualité de "mauvais genre littéraire" est un thème tout trouvé pour intégrer ladite collection. Encore fallait-il se doter de l'auteur qui pourrait à la fois recueillir ces fameuses idées reçues et essayer de les annihiler tout en les analysant. C'est chose faite avec un duo d'enquêteurs de chic et de choc : Audrey Bonnemaison et Daniel Fondanèche. La première est directrice d'une agence de communication éditoriale spécialisée dans les cultures populaires, quant au second, professeur de littérature à l'université Paris VII, il a déjà commis un opus chez Ellipses en 2000, simplement intitulé Le Roman policier.
À travers une quinzaine de questions allant du "le polar c'est du roman de gare" au "les polars sont mauvais pour les enfants", nos deux auteurs s'attachent plus à survoler le genre qu'à l'absoudre de ces idées reçues (in)fondées. L'ouvrage est des fois brillant et captivant comme quand il s'attarde sur l'aspect pathologique du serial lecteur, celui qui se nourrit du sang de ces récits à la Hannibal Lecter, des fois d'un ennui biblique quand il énumère des noms qui ne veulent dire quelque chose que pour les lecteurs éclairés et non les néophytes du genre, ceux qui se doivent d'être absouts de ces idées reçues (l'on préfèrera un nom d'auteur et quelques ouvrages l'accompagnant et pourquoi il faut les lire à une liste annuaire téléphonique d'auteurs aussi divers que variés dont on devra en tirer un nom au hasard au risque évident de se tromper).
Si quelques erreurs se cachent au hasard des pages (non les éditions Baleine n'existaient pas au début des années 1980 ; James Cain est un meilleur auteur de noir que James McCain), si on peut regretter l'absence des couvertures du Masque quand nos auteurs relatent un siècle de couvertures (quand on s'attaque à un genre aussi riche et vaste il y a toujours des vieux grincheux, des jeunes aussi !, pour regretter ceci et cela, alors ici on ne se prive pas), on ne peut en revanche qu'être captivé par de petites anecdotes disséminées ça et là, par des points de discussion propres à rabattre le caquet du tueur de polars en société. Et si le polar était du sexe et du crime de gare ? À vous d'étayer de nouvelles théories !

Citation

C'est bien parce que tout a déjà été fait, que tout a déjà été dit qu'il est sans doute bon de refaire ou de redire en mieux.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 29 septembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page