Le Défilé sauvage

Certains secrets procurent une forme de liberté, reprit Frieda. Un espace intime. C'est une bonne chose. Tout le monde doit avoir ce genre de secrets. Mais d'autres peuvent être sombres et oppressants, comme une horrible cave froide et humide où l'on n'ose pas descendre mais qu'on sait toujours là, remplie de créatures souterraines menaçantes, remplie de vos cauchemars.
Nicci French - Lundi Mélancolie
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 21 février

Contenu

DVD - Western

Le Défilé sauvage

Ethnologique - Rural MAJ mercredi 24 février 2016

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 16,89 €

Jesse Hibbs
Black Horse Canyon - 1954
Patrick Brion (présentation)
Paris : Sidonis, décembre 2015
1 DVD VOST Zone 2 ; couleur ; 19 x 14 cm
Coll. "Western de légende"

Furie chevaline

Patrick Brion a beau nous asséner que 1954 est une année faste pour le western - et de nous citer Johnny Guitare et les deux grands classiques de Robert Aldrich que sont Bronco Apache et Vera Cruz -, cela ne suffit pas à faire de ce Défilé sauvage un bon film. Bien sûr, il y a Joel McCrea, impeccable dans ce rôle paternaliste de cow-boy expérimenté et rustre qui ne va pas se faire avoir par une femme. Bien sûr, il y a cette femme incarnée par Mari Blanchard (qui finira sa carrière en donnant la réplique à John Wayne au côté de Maureen O'Hara dans le western comédie Le Grand McLintock). Elle est impétueuse, indépendante et obnubilée par Bandit, un étalon à la grande fougue qui arpente les prairies en courant les juments. Leur rencontre est prometteuse, mais le scénario très linéaire du film sans vraiment de rebondissements et à l'issue hautement prévisible en fait au mieux un divertissement honnête. Pourtant, l'étalon a été éduqué pour ouvrir les barrières de corral, et il ne s'en prive pas surtout pour permettre aux nombreuses juments de rejoindre son harem. Il file comme le vent, il bondit, il écume, il nargue. Jennings, un voisin malhonnête (Murvyn Vye vu dans Le Port de la drogue et Rivière sans retour), le veut dans son troupeau puis le veut mort. Alors ce voisin complote sans trop se méfier de Joel McCrea. La suite est une longue chasse à l'étalon. Quelques scènes de rodéo pimentent un dressage soporifique, et ce n'est pas le méchant Jennings qui veut tuer le cheval qui va rehausser le niveau. Les téléspectateurs de la chaîne Equidia apprécieront sinon pour voir un bon film de Jesse Hibbs, il faudra attendre 1958 et L'Étoile brisée.

Le Défilé sauvage (78 min.) : réalisé par Jesse Hibbs sur un scénario de Daniel Mainwaring et David Lang, d'après le roman The Wild Horse de Les Savage Jr. Avec : Joel McCrea, Mari Blanchard, Race Gentry, Murvyn Vye, Irving Bacon...
Bonus. Présentation de Patrick Brion.

Citation

Vous êtes naturellement désagréable ou vous vous entrainez ?

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 22 février 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page