Si tous les dieux nous abandonnent

Madame Suzuki, la vengeance est une sucrerie qu'on déguste bien à deux. Je vous aiderai avant peu à remercier Yasuda de ses amabilités à notre égard.
Maurice Dekobra - Macao, enfer du jeu
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 20 novembre

Contenu

Roman - Noir

Si tous les dieux nous abandonnent

Social - Huis-clos - Rural MAJ lundi 11 janvier 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

Patrick Delperdange
Paris : Gallimard, janvier 2016
230 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-07-014877-6
Coll. "Série noire"

Freaks à l'agonie

Avec Si tous les dieux nous abandonnent, le romancier belge Patrick Delperdange (tout un programme mystique) nous offre un roman rural choral qui va sonder l'âme tourmentée d'une population de petites gens aux gênes taiseux. Plus exactement, c'est l'apparition de Céline, jeune femme violée, enceinte et aux abois, tel un chien dans un jeu de quilles, qui va foutre un sacré bordel dans la petite commune de Valmont, et surtout réveiller des souvenirs mortifères. Les chapitres courts vont s'alterner selon que l'on passe de Céline à Léopold puis à Josselin. Léopold, c'est un petit vieux qui ne dérange personne, et qui vit ses derniers jours dans sa ferme avec le souvenir de Jeanne, sa femme, et de Nanou, une prostituée vietnamienne dont il était tombé amoureux. Josselin, c'est le frère bâtard de Maurice, le voisin de Léopold. Maurice a deux chiens plutôt tendance sanguinaires qu'il n'enferme pas. Et c'est justement la rencontre entre Céline et ces deux chiens qui va accoucher d'un noir maelstrom.
À mesure que les pages se tournent, ce sont des pans de vie des uns et des autres qui se révèlent. Céline attise les langues de la région. Elle exacerbe les sentiments. Il n'y en a pas un qui ne rêve pas de lui fourrer sa bite dans la chatte. Il n'y en a pas un qui ne croit pas que Léopold, qui l'a hébergé après sa rencontre avec les chiens de Maurice, n'est pas un petit vieux vicelard qui se paie une dernière tranche de bon temps avant d'aller affronter son créateur. Pendant ce temps, Maurice rumine sa vengeance et Josselin ramasse les petites culottes de Céline après s'être soulagé dans son édredon. La suite est une descente cacophonique, chaotique et surtout égoïste. Josselin se croit le récipiendaire d'une volonté divine (ce même dieu mis en avant par un adolescent illuminé de quinze ans qui tient une station service, et que va croiser Céline) alors Josselin va tenter d'influer sur la destinée de Céline. Mais c'est sans compter sur le fait que Josselin n'a aucune empathie, et qu'il n'a pas la moindre notion de ce qui est bien et de ce qui est mal. Pour accomplir sa mission, Josselin va se révéler violent et fourbe. Céline, recueillie par Nanou dans sa caravane, va oublier Léopold qu'elle a laissé dans la carcasse accidentée de sa voiture, pour se concentrer sur Emmanuel, son bébé. Le final est révélateur de ce qu'est devenu la vie tourmentée d'une Céline plutôt passive qui ne souhaite vivre que pour son fils, fruit du viol inaugural, et qui peut compter sur la générosité de ceux qu'elle croise. Si tous les dieux nous abandonnent est un roman à la noirceur révélatrice de l'âme. Et Josselin, son héros mécréant en est l'un des plus fidèles parangons.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°55

Citation

Il faut bien que quelqu'un se dévoue pour s'occuper des choses telles qu'elles vont, depuis que le Seigneur a détourné les yeux de ses créatures.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 10 janvier 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page