Blueberry Hill

C'était stupide. On ne soigne pas les pesteux. Ils meurent ou guérissent à la grâce de Dieu. Est-ce que je dois comprendre que vous avez jeté un vernis de connaissances médicales sur un fatras de superstitions ?
Laetitia Bourgeois - La Fille de Baruch
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 22 octobre

Contenu

Roman - Policier

Blueberry Hill

Politique - Social - Assassinat - Urbain MAJ mardi 05 janvier 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,5 €

Fredrik Ekelund
Blueberry Hill - 2003
Traduit du suédois par Philippe Bouquet
Paris : Folio, septembre 2015
368 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-045902-5
Coll. "Policier", 777

Actualités

  • 11/09 Édition: Parutions de la semaine - 11 septembre
  • 01/11 Édition: Parutions de la semaine - 1er novembre
    Très peu de poches cette semaine, et pourtant c'est bien vers eux que devront se tourner les regards de tous les amateurs de romans noirs puisque les éditions Rivages proposent dans leur collection "Rivages-Noir" deux romans de Jim Thompson dans une nouvelle et complète (donc inédite) traduction. À ces deux romans, s'ajoute une version totalement remaniée de Placard, de Christian Roux, un texte initialement paru au Serpent à plumes en 2003. Mais ceux qui aiment les nouveautés contemporaines pourront se retourner vers le grand format où Albin Michel monopoliserait presque les parutions avec Pieter Aspe, Deborah Crombie et Tom Clancy. Notre préférence va vers Jean-Claude Lattès qui publie le nouveau roman de Megan Abbott, l'une des rares femmes à avoir écrit du hard boiled, aux éditions Rivages qui font paraitre le nouveau (mais très ancien) James Lee Burke, et au Masque qui propose une virée dans l'Arkansas avec John Brandon. Enfin, nous attirons votre attention sur le court roman d'Anouk Langaney, Même pas morte ! (Albiana), que nous avons chroniqué en ces pages.
    Les bandes dessinées sont vampirisées par les comics qui offrent une profusion d'albums sur Thor - cinéma oblige. Dans ces conditions, la vingt-deuxième aventure de Canardo, le privé le plus boiteux, donc le plus canard, dessinée et scénarisée par Benoit Sokal chez Casterman, passerait inaperçue, tout comme cette bande dessinée dont vous êtes le héros, Sherlock Holmes (Makaka). Ce qui serait à n'en pas douter dommage !
    Vous trouverez en jeunesse de la littérature urbaine d'anticipation, une cow-boy particulière, le retour d'Alex Rider et un conte du Pays basque.

    Fictions adulte grand format :
    Vilaines filles, de Megan Abbott (Jean-Claude Lattès)
    13, de Pieter Aspe (Albin Michel, "Romans étrangers")
    Tatouages, de Didier Beau (du Petit véhicule, "Soleil noir")
    Little rock, de John Brandon (Le Masque, "Grands formats")
    Déposer glaive et bouclier, de James Lee Burke (Rivages, "Thriller")
    Cybermenace, de Tom Clancy (Albin Michel, "Thrillers")
    Mort sur la tamise, de Deborah Crombie (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Blueberry Hill, de Fredrik Ekelund (Gaïa, "Polar")
    Même pas morte, d'Anouk Langaney (Albiana)
    Les Éperons maudits, de Éric Lefebvre (Riffle noir)
    Mezos, de François Neurrisse (Terriciaë, "Policier")
    Mourir, la belle affaire, d'Alfredo Noriega (Ombres noires)
    Poussière d'anges, de Jean-Pierre Ribat (Thot, "Polar")
    Appelez-moi Jack, de Sabrina Richard (City, "Thriller")
    La Dernière enchère, de Michel Winthrop (Darval)

    Fictions adulte poche :
    Pièce détachée, de Pieter Aspe (Le Livre de poche, "Policier")
    Des croix sur la route, de Jeffery Deaver (Le Livre de poche, "Thriller")
    La Neige qui venait de l'ouest, de Firmin Le Bourhis (du Palémon)
    Les Âmes torses, de Françoise Le Mer (du Palémon)
    Placards, de Christian Roux (Rivages, "Noir")
    Une femme d'enfer, de Jim Thompson (Rivages, "Noir")
    Un meurtre et rien d'autre, de Jim Thompson (Rivages, "Noir")

    Bandes dessinées :
    Avengers. 4, Cœur de lion d'Avalon, de Chuck Austen & Olivier Coipel (Panini comics, "Marvel. Best comics")
    Mighty Avengers. 1, L'Initiative Ultron, de Brian Michael Bendis, Frank Cho & Mark Bagley (Panini comics, "Marvel Deluxe")
    Sherlock Holmes. 1, de CED (Makaka)
    Thor : vikings, de Garth Ennis & Glenn Fabry (Panini comics, "Marvel. Marvel Dark")
    Thor. 4, La Vengeance des enchanteurs, de Dan Jurgens (Panini comics. "Marvel. Best Comics")
    Thor : the mighty avenger, de Roger Langridge & Chris Samnee (Panini comics, 100 % Marvel")
    Thor : au nom d'Asgard, de Robert Rodi & Simone Bianchi (Panini comics, "Marvel graphic novels")
    Loki, de Robert Rodi & Esad Ribic (Panini comics, "Marvel graphic novels")
    Le Vieux canard et la mer, de Benoit Sokal (Casterman)
    Thor. 1, Renaissance, de J. Michael Straczynski & Olivier Coipel (Panini comics, "Marvel. Marvel Select")
    Thor : season one, de Matthew Surges & Pepe Larraz (Panini comics, "100 % Marvel")
    Bloodshot. À feu et à sang, de Duane Swierczynski, Manuel Garcia & Arturo Lozzi (Panini comics, "100 % Fusion comics")
    Archer & Armstrong. 1, Le Michelangelo code, de Fred Van Lente & Clayton Henry (Panini comics, "100 % Fusion comics")

    Fictions jeunesse :
    Robin des Bois, de Enyd Blyton & Jean-Claude Götting (Gauthier-Languereau)
    Jérémy Couaille, de Valérie Bonenfant & Stéphane Louveau (Nats)
    Jenny la cow-boy, de Jean Gourounas (Atelier du poisson soluble)
    Le Voleur habile : un conte du Pays basque illustré, de Bruno Heitz (Le Genévrier, "Ivoire")
    Alex Rider : roulette russe : spin off, de Anthony Horowitz (Hachette)
    Catacomb city. 1, de Hilary Wagner (Albin Michel jeunesse, "Wizz")

    Criminologie & prisons :
    Les Dossiers d'Interpol : dans le secret des archives, de Pierre Bellemare & Jacques Antoine (J'ai lu, "Littérature générale. Document")
    Les Nouvelles affaires criminelles de Corrèze, de Vincent Brousse & Philippe Grandcoing (De Borée, "Histoire et documents")
    Ennemis publics n°1 : ces Français que le monde entier a traqués, de Patrick Caujolle (Pavillon rouge
    Cultures & conflits. 90, Où sont les murs ? : penser l'enfermement en sciences sociales (L'Harmattan)
    Lucio, maçon, anarchiste et faussaire, de Bernard Thomas (Ravin bleu)
    Profiling : comment le criminel se trahit !, de Danièle Zucker (Racine)

    Problèmes sociaux & séécurité publique :
    Sapeur-pompier volontaire : équipier secours routier : module 3 (Icône graphic)

    Relations internationales
    Le Roman de l'espionnage, de Vladimir Fedorovski (Le Livre de poche)
    Liens : Même pas morte ! |Pièce détachée |Les Nouvelles affaires criminelles de Corrèze |Placards |Ennemis publics n°1 : ces Français que le monde entier a traqués |Déposer glaive et bouclier |Megan Abbott |Pieter Aspe |James Lee Burke |Deborah Crombie |Fredrik Ekelund |Anouk Langaney |Jeffery Deaver |Christian Roux |Jim Thompson | Sokal |Duane Swierczynski |Pierre Bellemare |Patrick Caujolle

  • 03/04 Édition: L'avis de Philippe Bouquet sur le roman de Fredrik Ekelund et la chronique d'Axelle Simon

Quelque chose est pourri au royaume de Suède

Beaucoup de choses dans la vie débutent par des choix, des choix qui parfois vont vous coller à la peau toute votre vie. C'est sans doute le cas pour cet homme qui a cru en une certaine justice sociale et qui s'est engagé dans les Brigades internationales. Revenu en Suède, il a un peu travaillé avant de se retrouver SDF dans le quartier de Blueberry Hill de Malmö au sein d'une petite enclave, un terrain vague, à quelques mètres d'importants opérations immobilières. Un soir, il est retrouvé mort dans l'incendie de son gourbi, mais peut-être était-il déjà mort avant... D'autres cependant ont fait des choix opposés comme ces trois jeunes gens qui, à force d'entendre un vieil universitaire ressasser la grandeur de la Suède éternelle, son alliance avec le Troisième Reich, forment une petite équipe de gros bras pour relancer l'idée d'un renouveau national. Pourtant l'un d'eux a des doutes, ne veut pas de la violence et du coup celle-ci se retournera contre lui. Son ami ira lui jusqu'au bout de ses choix, décidé même à engloutir ses maigres économies pour s'offrir un uniforme de la SS dans lequel il se pavane la nuit. A-t-il un rapport avec la mort du clochard ? Entre les deux, l'inspecteur Lindstrom ne peut effectuer de choix. Il est encore lié à sa femme et à ses enfants, mais a entamé une liaison amoureuse torride avec son adjointe Monica Gren. Il veut vivre avec la seconde mais ne peut pas quitter la première. Ce choix mine un peu sa vie et surtout ses réflexions.
Derrière l'enquête classique, le roman se scinde en deux parties. Plus centrée sur le milieu des SDF et d'une vie en marge, l'histoire bascule dans la deuxième moitié du côté du groupe des néo-nazis. La description du mentor, un universitaire qui voudrait déclencher l'apocalypse mais ne supporte pas d'être mal vu de ses voisins est un grand moment de lâcheté et d'humour. En arrière-plan, c'est la Suède qui est présentée entre ses "pulsions" racistes, ses laissés-pour-compte du modèle social. Juste à côté du squat des SDF, il y a un bel immeuble. À l'intérieur, les voisins se déchirent entre ceux qui aimeraient que les clochards quittent le coin car le prix de revente de leur appartement risque de s'effondrer et ceux qui vont leur offrir un petit quelque chose. Le microcosme qu'est la co-propriété est à l'image de la société : face à des minorités égoïstes ou altruistes agissantes, beaucoup d'indifférence ou de gens, comme l'inspecteur Lindström, qui ne savent pas quel choix ils doivent faire, s'en tenant au proverbe "Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras". Blueberry Hill est un roman en demi-teintes, zigzaguant entre une histoire policière classique et menée lentement, d'intéressantes descriptions de la société suédoise, des personnages bien campés et au final, une solution à l'énigme qui laisse un goût amer, car aucune solution n'est totalement satisfaisante. Quand on fait un choix, même celui de tuer quelqu'un, on a parfois de bonnes raisons...

Citation

Les rares bâtiments encore debout étaient totalement en ruine, les quais du chantier déserts, la grue se dressait tel un fantôme au-dessus de l'immense cale sèche - et les immeubles neufs étaient distants de 400 mètres au moins.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 31 décembre 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page