Blueberry Hill

L'angle aigu de la lame du hachoir frappa le cou de Vauquelin à hauteur de la pomme d'Adam, y traçant un court sillon d'où jaillit un sang mousseux, plein de bulles, qui se mit à ruisseler comme un coulis sur le torse puissant couvert de boucles grises.
Brice Tarvel - Le Bal des iguanes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 juillet

Contenu

Roman - Policier

Blueberry Hill

Politique - Social - Assassinat - Urbain MAJ mardi 05 janvier 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,5 €

Quelque chose est pourri au royaume de Suède

Beaucoup de choses dans la vie débutent par des choix, des choix qui parfois vont vous coller à la peau toute votre vie. C'est sans doute le cas pour cet homme qui a cru en une certaine justice sociale et qui s'est engagé dans les Brigades internationales. Revenu en Suède, il a un peu travaillé avant de se retrouver SDF dans le quartier de Blueberry Hill de Malmö au sein d'une petite enclave, un terrain vague, à quelques mètres d'importants opérations immobilières. Un soir, il est retrouvé mort dans l'incendie de son gourbi, mais peut-être était-il déjà mort avant... D'autres cependant ont fait des choix opposés comme ces trois jeunes gens qui, à force d'entendre un vieil universitaire ressasser la grandeur de la Suède éternelle, son alliance avec le Troisième Reich, forment une petite équipe de gros bras pour relancer l'idée d'un renouveau national. Pourtant l'un d'eux a des doutes, ne veut pas de la violence et du coup celle-ci se retournera contre lui. Son ami ira lui jusqu'au bout de ses choix, décidé même à engloutir ses maigres économies pour s'offrir un uniforme de la SS dans lequel il se pavane la nuit. A-t-il un rapport avec la mort du clochard ? Entre les deux, l'inspecteur Lindstrom ne peut effectuer de choix. Il est encore lié à sa femme et à ses enfants, mais a entamé une liaison amoureuse torride avec son adjointe Monica Gren. Il veut vivre avec la seconde mais ne peut pas quitter la première. Ce choix mine un peu sa vie et surtout ses réflexions.
Derrière l'enquête classique, le roman se scinde en deux parties. Plus centrée sur le milieu des SDF et d'une vie en marge, l'histoire bascule dans la deuxième moitié du côté du groupe des néo-nazis. La description du mentor, un universitaire qui voudrait déclencher l'apocalypse mais ne supporte pas d'être mal vu de ses voisins est un grand moment de lâcheté et d'humour. En arrière-plan, c'est la Suède qui est présentée entre ses "pulsions" racistes, ses laissés-pour-compte du modèle social. Juste à côté du squat des SDF, il y a un bel immeuble. À l'intérieur, les voisins se déchirent entre ceux qui aimeraient que les clochards quittent le coin car le prix de revente de leur appartement risque de s'effondrer et ceux qui vont leur offrir un petit quelque chose. Le microcosme qu'est la co-propriété est à l'image de la société : face à des minorités égoïstes ou altruistes agissantes, beaucoup d'indifférence ou de gens, comme l'inspecteur Lindström, qui ne savent pas quel choix ils doivent faire, s'en tenant au proverbe "Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras". Blueberry Hill est un roman en demi-teintes, zigzaguant entre une histoire policière classique et menée lentement, d'intéressantes descriptions de la société suédoise, des personnages bien campés et au final, une solution à l'énigme qui laisse un goût amer, car aucune solution n'est totalement satisfaisante. Quand on fait un choix, même celui de tuer quelqu'un, on a parfois de bonnes raisons...

Citation

Les rares bâtiments encore debout étaient totalement en ruine, les quais du chantier déserts, la grue se dressait tel un fantôme au-dessus de l'immense cale sèche - et les immeubles neufs étaient distants de 400 mètres au moins.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 31 décembre 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page