Poussé à bout

- Tu n'es même pas jolie...
Sidney Lumet - The Offence
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 14 novembre

Contenu

Roman - Policier

Poussé à bout

Ethnologique - Politique - Écologique MAJ lundi 26 octobre 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,9 €

C.J. Box
Breaking Point - 2013
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Marie-France de Paloméra
Paris : Calmann-Lévy, septembre 2015
370 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-7021-5714-5
Coll. "Robert Pépin présente"

David contre Goliath

Inlassablement, la saga de Jo Pickett continue sa route. À présent on connaît bien l'homme : garde-chasse, il n'hésite pas à se décaler par rapport à la loi, mais ce n'est pas dans une optique de voyou. Au contraire, c'est pour respecter ses valeurs humanistes, ses liens avec la nature qu'il défend. Peu à peu, ses ennemis ont quitté le camp des petits trafiquants pour devenir une hydre imposante qui s'appelle le gouvernement fédéral. Ce roman, inspiré d'une histoire vraie, raconte l'histoire de David contre Goliath dans sa version moderne. Butch Roberson, un honnête artisan du village, a décidé de construire sa maison sur un terrain considéré comme constructible. Pourtant, les opérations de terrassement à peine commencées, des instances chargées de l'écologie viennent le menacer de prison et lui collent des amendes terribles. Le tout sans qu'il n'y ait jamais eu aucun papier officiel. Lorsque deux agents gouvernementaux viennent sur le terrain et sont abattus, Butch Roberson fuit dans la montagne, et les hommes du gouvernement mettent tout en œuvre pour le coincer, voire l'abattre. Souci pour Joe Pickett, qui connaît Butch : il est chargé en tant que fonctionnaire local d'aider aux recherches, mais surtout il comprend qu'il doit se dépêcher car il sent à cran les officiers fédéraux, et il faut agir avant les "chasseurs de prime" lancés aux trousses de Butch.
C. J. Box met tout son métier pour présenter ce combat disproportionné : d'un côté, un homme simple qui entend juste vivre tranquillement avec sa famille et, de l'autre, une machine administrative, complexe, qui connaît si bien les lois qu'elle peut profiter de chaque faille pour accuser le citoyen. À ce sujet, de nombreux exemples sont montrés dans le roman, y compris les plus anodins. À un moment, pour obtenir ce qu'il veut, un agent fédéral menace de vérifier les engrais qu'un homme utilise pour sa pelouse et le faire tomber pour crime écologiste ! Et puis les Fédéraux ne manquent pas d'utiliser des drones et des missiles pour arrêter un suspect. Afin de renforcer le suspense, C. J. Box n'hésite pas, en plus de cette course-poursuite à cheval (histoire de montrer que les Fédéraux, hommes de bureau, sont ridicules sur une monture), de cette traque dans les paysages splendides du Wyoming, à ajouter un feu de forêt qui contraint les hommes à se dépasser dans une longue scène qui n'est pas sans évoquer des passages cinématographiques de Délivrance. Évidemment, le roman est un peu manichéen et multiplie les attaques contre les lois stupides éloignées des gens, ou l'administration aveugle qui poursuit des buts abscons, mais le style attaché à une description des paysages sauvages et à des hommes qui essaient de vivre en harmonie avec elle, des personnages bien dessinés, font de cette série une suite attachante d'un honnête artisan.

Citation

Je crois voir des vaches qui chient dans les cours d'eau, en possible violation du Clean Water Act. Je crois aussi voir des nuages de méthane qui se dégagent de centaines de vaches flatulentes en possible violation avec le Clean Air Act de 1990. Je crois encore voir...

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 26 octobre 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page