La Pyramide de glace

À l'ouest, tout est toujours à l'Ouest ici.
Jean-Pierre Arrio - Young trip
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 16 octobre

Contenu

Roman - Policier

La Pyramide de glace

Historique - Complot MAJ mardi 20 octobre 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8,8 €

Jean-François Parot
Paris : 10-18, octobre 2015
480 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-06595-7
Coll. "Grands détectives", 4970
Les Enquêtes de Nicolas Le Floch, commissaire au Châtelet, 12

Ce qu'il faut savoir sur la série

Nicolas Le Floch vit dans la seconde moitié du XVIIIe siècle – il est né en 1740. Originaire de Guérande, il est un enfant trouvé adopté par le chanoine Le Floch. Il apprendra dès la fin du premier volet qu’il est en réalité le fils naturel du marquis de Ranreuil, dont il pensait n’être que le filleul. Il est donc le demi-frère d’Isabelle de Ranreuil, dont il était profondément épris… Il comprend alors pourquoi son supposé parrain a mis tant d’empressement à l’éloigner de sa fille, en lui fournissant de solides recommandations pour qu’il puisse aller s’établir à Paris. Voilà donc Nicolas arrivant dans la Capitale aux environs de 1760, où il sera reçu par le lieutenant général de police du roi, M. de Sartine. Son esprit vif, sa droiture et son dévouement au trône sont tout de suite appréciés ; la résolution d’une première affaire fort délicate lui vaut l’estime de son supérieur… et d’avoir ses entrées dans les espaces privés des souverains. Nommé commissaire au Châtelet, il sera plus particulièrement attaché aux "affaires spéciales" - en d’autres termes celles qui touchent de près ou de loin à la sécurité du royaume.
De volume en volume l’Histoire suit son cours et les personnages récurrents vieillissent ; l’effet de série est particulièrement soigné - l’on a donc tout intérêt à lire les romans dans leur ordre de parution, tant pour saisir la dynamique des événements réels évoqués que pour ressentir au plus juste la façon dont les personnages évoluent. Mais chaque récit fonctionne aussi comme une unité autonome qui peut ainsi attirer à la série son lot de néo-lecteurs.
Au plaisir de suivre des enquêtes policières tout en rebondissements qui mettent en valeur les capacités de raisonnement du commissaire au Châtelet et les aides précieuses que lui apportent ses acolytes – l’inspecteur Bourdeau, le chirurgien de marine Semacgus, le bourreau Sanson préposé aux "ouvertures" des corps, sans oublier son logeur, l’ancien procureur Aimé de Noblecourt – se joint celui de découvrir le Paris du Siècle des Lumières, que l’auteur ressuscite de très vivante manière.

Publiés d'abord chez Jean-Claude Lattès, les livres sont réédités en format poche dans la collection "Grands détectives" des éditions 10/18.

Porcelaine fichée

Une vague de froid a déferlé sur la France, rendant, pour Paris, les approvisionnements difficiles. Les gens souffrent et leurs majestés font preuve de bonté. Nicolas Le Floch soupe en compagnie de ses amis, mais il est préoccupé par Aimée, sa maîtresse, qui lui cache quelque chose. De plus, l'enquête confiée par le roi sur le vol de porcelaines précieuses au château de Versailles, piétine. Au matin, Bourdeau vient le chercher pour une affaire urgente. La pluie de la nuit entraîne le dégel. Dans une de ces obélisques de glace, dressées par les Parisiens pour marquer leur reconnaissance au couple royal, on a découvert le cadavre d'une femme dévêtue. Après avoir calmé la populace qui grondait autour de l'obélisque, Nicolas Le Floch s'intéresse au voisinage pour en savoir plus sur l'édification de cette colonne. La maison proche est occupée par un majordome et une cuisinière. Le vieil homme explique qu'elle appartient à Philippe de Vainal, Président au Parlement qui s'en sert comme maison de plaisirs. D'ailleurs, il ajoute avec ironie : "Voici Hermine Vallard, la cuisinière, et femme de chambre à l'occasion." Celle-ci, aux yeux de Nicolas, est trop bien habillée pour son statut. Pour elle, la colonne est là depuis deux jours. Transporté à la Basse-Geôle du Châtelet, le cadavre "commence à parler". Il porte de nombreuses marques de coups et un éclat de porcelaine est fiché dans la nuque, la même porcelaine que celle volée à Versailles. Le corps recèle une surprise de taille. Cette femme ressemble de façon frappante à la reine Marie-Antoinette. Philippe de Vainal reçoit, dans sa maison de plaisirs, le duc de Chartres, un cousin du roi, endetté, prêt à toutes les combines financières. Nicolas se retrouve avec une affaire plus que délicate et dont il est loin d'imaginer toutes les ramifications...

Dans cet épisode, le douzième de la série, Jean-François Parot base une partie de son intrigue sur la haine qu'a suscité, en son temps, la reine Marie-Antoinette, une haine profonde tant des courtisans que du peuple. Était-elle cette femme méprisante, arrogante, ne pensant qu'à ses distractions, sans souci pour ses sujets ? Elle ne devait pas être la seule dans ce cas à Versailles et elle a, hélas , fait école car le nombre de gouvernants qui se foutent bien, une fois élus, de leurs concitoyens, ne cesse de croître. Qui dit haine dit violence, et les complots n'ont pas manqué pour la discréditer. Nicolas Le Floch est face à une nouvelle tentative avec une implication forte du cousin du roi (Ah la famille !). Pour résoudre cette affaire, qui semble retorse en diable, il est sur la brèche jour et nuit car il faut faire vite. Il met en action tout son réseau d'indicateurs, fréquente aussi bien les salons des grands, Versailles, que les bouges de la capitale, le Palais-Royal réputé pour une prostitution très active. Il rencontre, ainsi, toute une galerie de personnages fort singuliers, que ce soit une magicienne dénommée Voit la mort, Cagliostro l'imposteur, une revendeuse à la toilette, Casanova, un ouvrier à la manufacture de Sèvres, une maquerelle, un autre sosie de la reine...
Grâce à sa passion pour tout ce qui touche Paris et le XVIIIe siècle, Jean-François Parot fait revivre l'ambiance de cette année-là, multipliant les anecdotes, les mini-événements. Si les Parisiens manquent de tout - bois de chauffage, nourriture, à cause des rigueurs de l'hiver -, ce n'est pas le cas de la tribu de Nicolas Le Floch. Chaque occasion est bonne pour faire bombance, des agapes dont l'auteur décline le menu avec force détails tant dans la composition des mets que dans l'origine des produits et leur traitement.
Un nouvel épisode réussi qui conforte tout le bien que l'on peut penser de cette série érudite aux intrigues retorses.


On en parle : Les Grandes affaires criminelles n°4 |Lire n°434

Citation

Nicolas estima que la vêture ne correspondait en rien à celle, habituelle, d'une cuisinière ou d'une femme de chambre. Ses fonctions non précisées au préalable, une confusion était possible avec la maîtresse de maison.

Rédacteur: Serge Perraud jeudi 08 octobre 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page