Sherlock Holmes Society. 2, Noires sont leurs âmes

Mais la chose dont il faut se souvenir à propos de l'histoire, monsieur Bernstein, c'est qu'elle comporte souvent de nombreuses versions différentes du même événement.
Adrian Dawson - L’Évangile hérétique
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 17 novembre

Contenu

Bande dessinée - Policier

Sherlock Holmes Society. 2, Noires sont leurs âmes

Médical - Gang - Victorien MAJ lundi 21 septembre 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14,95 €

Sylvain Cordurié (scénario), Eduard Torrents (dessin)
Scénario adapté de l'œuvre de Arthur Conan Doyle
Jean Bastide (coloriste)
Ronan Toulhoat (illustrateur de couverture)
Toulon : Soleil, août 2015
54 p. ; illustrations en couleur ; 33 x 23 cm
ISBN 978-2-302-04741-9
Coll. "1800"

Ombre et lumière

Après L'Affaire Keelodge parue en mai dernier, voici donc le deuxième volet de cette tétralogie fort bien troussée et qui se base sur l'un des canons de l'holmésologie, à savoir la confrontation du détective privé lancé par Arthur Conan Doyle avec d'autres personnages réels ou fictifs ayant vécu à l'époque victorienne. Sherlock Holmes enquête sur le drame du village de Keelodge. Trois cents villageois transformés en zombie sans que l'on ne sache trop pourquoi. Sauf que dans cette intrigue, les cellules grises de l'habitant du 221B Baker Street le conduisent à aller chercher du côté de la pharmacopée. Un virus ou un poison ? Le détective n'en a cure et ses pas finissent par le conduire à l'appartement d'un certain Mr. Hyde, pourchassé par la police depuis la disparition du Dr. Jekyll. Holmes, qui a découvert l'identité de Jack l'Éventreur (et l'a malencontreusement tué), s'allie avec cet homme, part d'ombre d'une personnalité double schizophrène. Ensemble, ils découvriront un étrange institut dans lequel d'étranges cobayes sont à l'abri de cellules. Ils découvriront aussi et surtout que l'ordre des médecins n'est pas qu'un ramassis d'individus qui n'ont pas fait que serment d'Hippocrate...
Le scénario de Sylvain Cordurié est très habilement construit. Son Sherlock Holmes possède une jolie part d'ombre et semble penser qu'à situation dramatique, tous les moyens sont bons. Il combat physiquement le Mal et s'adjoint les services d'alliés de circonstance après les avoir là aussi physiquement matés. Il pratique la torture mentale. N'hésite pas à faire croire qu'il tuera pour obtenir des aveux. Son intelligence est toujours là. Sa complicité avec Watson est présente mais de manière plutôt discontinue car le praticien abhorre toute sorte de violence. Lui, d'ailleurs, traine un spleen depuis la mort de sa femme. Spleen tout mesuré quand il s'agit de revenir sur le ring de l'action. Mycroft, frère de Sherlock, tente de lui faire entendre raison, mais là aussi la rivalité est au moins aussi forte que celle que le détective entretient avec les forces du Mal. Pour cet épisode, le dessinateur est le Barcelonais Eduard Torrents. Celui-ci est très habile pour détailler la capitale anglaise, son architecture et ses technologies. Il réussit fort bien également à dépeindre les scènes d'action sanglantes (et elles sont nombreuses de l'invasion de zombies à l'irruption finale d'assassins masqués et jouissivement machiavéliques). Son personnage de Hyde est répugnant à souhait, et reflète parfaitement l'étrange dualité qui en émane. Le résultat est à la fois victorien et esthétique. Qu'en sera-t-il de In nomine dei, troisième volume dessiné par Alessandro Nespolino ? Réponse en octobre...

Citation

J'ai renoncé à tes compétences parce que tu développes un complexe de suériorité si grand que tu es incapable de donner du crédit aux appareils d'État comme aux autorités !

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 21 septembre 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page