L'Aigle des frontières

Nous n'avons ni chevaux, ni armes, ni provisions, déclara-t-il. Les mousquetaires de sa Majesté et l'Inquisition nous pourchassent et ne nous veulent aucun bien. Nous n'aurions pas pu choisir pires adversaires.
Hervé Gagnon - Malefica. 1, La Voie du livre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

DVD - Western

L'Aigle des frontières

Braquage/Cambriolage - Gang - Urbain MAJ jeudi 10 septembre 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 16,99 €

Allan Dwan
Frontier Marshal - 1939
Patrick Brion (présentation)
Yves Boisset (présentation)
Paris : Sidonis, mai 2015
1 DVD VOST Zone 2 ; noir & blanc ; 19 x 14 cm
Coll. "Western de légende"

La légende de Wyatt Earp

"Les lâches meurent plusieurs fois avant leur mort ; Le brave ne goûte jamais la mort qu'une fois." Ils sont rares les westerns à citer les pièces dramatiques de William Shakespeare. C'est pourtant le cas de cette version d'Allan Dwan des nombreux Règlements de comptes à O.K. corral, et qui empreinte à Jules César une citation qui caractérise le comportement du fameux Doc Holliday tel que décrit par l'amour de sa vie, Sarah, une infirmière qui le retrouve après deux années passées à suivre sa trace dans la bonne ville de Tombstone. Tombstone, c'est une ville champignon construite après que l'on ait découvert dans ses environs de précieux filons d'argent. Tombstone, c'est une ville où règne la mort et la terreur incarnées par le machiavélique Ben Carter. Mais c'est aussi une ville dans laquelle débarque Wyatt Earp et qui va lui permettre de bâtir sa légende, épaulé en cela par Doc Holliday. Wyatt Earp, c'est Randolph Scott. Doc Holliday, c'est Cesar Romero. Et Ben Carter c'est John Carradine. Un casting de classe pour un drame shakespearien. Les deux premiers cités vont proposer non pas une rivalité (pourtant annoncée) mais une complicité à la fois proche et tendue. Résumons : sitôt arrivé en ville, Wyatt Earp abat un homme ivre qui joue du colt, et devient shérif à la place du shérif tout en faisant de la brune Jerry, chanteuse de cabaret et fille de joie, une ennemie mortelle. Là-dessus débarque Doc Holliday qui entend lui faire avaler ses bottes. Au lieu du duel évident, les deux hommes finissent au bar du saloon. Whisky pour Earp, lait pour Holliday - il est malade à en crever et c'est la raison pour laquelle il a fui Sarah et s'est jeté dans les bras de Jerry. La rivalité entre les deux femmes aura raison de lui, mais pour l'instant, le Doc ne le sait pas. Earp et Holliday font progressivement revenir l'ordre dans la ville jusqu'à ce qu'ils se retrouvent dans une même diligence avec à son bord un chargement d'argent. Diligence qui va être attaquée par la bande de Ben Carter... Mais au-delà de l'intrigue somme toute basique, il y a un scénario bien ficelé avec le retournement de la lâcheté de Doc Holliday (bien aidé par sa jolie blonde d'ex-fiancée). Et puis Allan Dwan offre quelques cadrages magistraux avec clair-obscur à l'appui pour maintenir un certain lyrisme à cette aventure d'hommes dans une zone où le non droit réside. Doc Holliday lâchement abattu, Wyatt Earp ira régler son compte aux affreux qui se terrent à O.K. Corral lors d'un ultime affrontement en 2 minutes 30 chrono. La légende est en route, et la civilisation peut arriver.

L'Aigle des frontières (68 min.) : réalisé par Allan Dwan sur un scénario de Sam Hellman d'après un roman de Stuart N. Lake. Avec : Randolph Scott,Nancy Kelly, Cesar Romero, Binnie Barnes, John Carradine, Edward Norris, Ward Bond, Lon Chaney Jr...
Bonus. Présentation de Patrick Brion. Présentation de Yves Boisset. Galerie photos.

Citation

- Vous savez qui c'est ?
- Non. L'autopsie nous le dira...

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 10 septembre 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page