Celle qui en savait trop

Son école de commerce avait voulu faire de lui un requin, il avait préféré devenir un poisson volant.
Léonard Taokao - Des basses & débâcle
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Celle qui en savait trop

Humoristique - Arnaque - Disparition MAJ vendredi 14 août 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Linwood Barclay
Never Saw It Coming - 2013
Traduit de l'anglais (Canada) par Renaud Morin
Paris : Belfond, avril 2015
310 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-7144-5431-7
Coll. "Noir"

Voyance au vert

Complot de famille est un film méconnu des dernières années de la cinématographie d'Alfred Hitchcock. Dans ce film, le maître du suspense met en scène une voyante qui doit rechercher un neveu disparu, et qui tombe dans une histoire bien étrange. De fait, le film a moins frappé les imaginations parce que, peut-être, le cinéaste a traité le thème avec ironie et mordant. Serait-ce le fait de s'intéresser à la voyance qui a provoqué cet état de fait ? Toujours est-il que le nouveau roman de Linwood Barclay s'amuse aussi beaucoup dans le récit qu'il nous soumet. Cela commence aussi avec une disparition, celle du fils d'une famille riche. Fugue ? Fuite ? Kidnapping ? En désespoir de cause le père de famille fait appel à une jeune voyante qui retrouve le fils, alors qu'il se préparait à se suicider. C'est en fait un coup monté entre la voyante, qui voit peu, et le garçon pour soutirer de l'argent à la famille. Ce ne sont là que les premières pages. Elles servent à installer un climat proche, en plus léger, de celui que développaient les frères Coen dans Fargo ou Arizona Junior : quelques personnages des classes populaires qui se débattent pour obtenir un peu d'argent et de reconnaissance, et ainsi participer au rêve américain, le tout évidemment sans trop se fatiguer.
Tout va se compliquer pour notre voyante lorsque, forte de son succès avec le jeune homme, elle croit qu'elle peut mener une escroquerie de plus grande envergure, et qu'elle décide "d'aider" un homme à retrouver sa femme qui a disparu. Elle se rend donc chez lui et commence à lui donner des indications vagues pour l'appâter sans savoir qu'elle inquiète de plus en plus son interlocuteur. En effet, l'homme croit que les légers détails qu'elle décrit sont vrais et qu'ils signalent qu'elle a bien assisté à la scène de disparition - car, évidement, c'est lui qui a fait s'évaporer sa femme... Comme cette belle voyante est en ménage avec un glandeur de la plus belle eau, que le fils de riche revient pour tenter de lui proposer une association, que les forces de police tournent beaucoup autour des coupables, chaque situation entraîne une action désespérée pour l'améliorer ce qui provoque d'autres soucis et d'autres catastrophes.
Celle qui en savait trop joue avec l'ironie, une situation drôle qui dégénère de plus en plus, mais qui reste ironique tout au long, en déclinant les aventures de son héroïne. Face à elle, un tueur qui n'en est pas un, des assassinats commis à l'aide d'une aiguille à tricoter, comment cacher des vêtements tachés de sang sinon en les cachant au milieu des restes de poubelles d'une pizzéria... ce qui nécessite après de longues explications à la police qui se demande on a des sacs poubelle remplis de morceaux de pizza. Joyeusement amoral à la fin, le récit est prenant et possède la bonne longueur, servie par un style qui sait manier l'ironie douce.

Citation

Il était donc plus qu'un complice. Il était un handicap potentiel.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 14 août 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page