Ne crains pas la faucheuse

Je ne comprends pas que les gens prennent encore le métro, aujourd'hui.
Thomas Kastura - Le Meurtrier de l'Avent
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 22 septembre

Contenu

Roman - Policier

Ne crains pas la faucheuse

Ethnologique - Psychologique - Social - Trafic MAJ mercredi 09 septembre 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8 €

Alexis Aubenque
Paris : J'ai lu, juin 2015
414 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-290-10501-6
Coll. "Thriller", 11004

Les mystères de Pacific View

Les amateurs des romans d'Alexis Aubenque savent que, souvent, leur auteur a du mal à composer des intrigues simples et linéaires, et qu'il lui faut une trilogie pour s'exprimer. C'est sans doute encore le cas avec ce premier volet d'une nouvelle série. Mais, il faut noter qu'il y a là une intrigue centrale pour laquelle nous aurons une solution et des intrigues secondaires, des cliffhangers pour annoncer des énigmes dont la solution ne sera révélée que plus tard. Les habitués retrouveront égalent un personnage déjà vu dans l'univers aubenquien : Ryan Bonfire, un motard, condamné pour un crime qu'il n'avait pas commis et qui est devenu le bras armé d'un groupe mystérieux chargé des rectifier par la mort des "erreurs" du système judiciaire américain.
Dans cette intrigue, nous voyons évoluer Gregory Davis, un policier qui a perdu étrangement sa femme trois ans auparavant, et qui essaie tant bien que mal d'élever seul ses deux enfants. Lorsque l'oncle de sa défunte épouse lui lègue un manoir et de nombreux biens à Pacific View, il accepte l'héritage et ses conditions, à savoir venir travailler au commissariat local. Ce qu'il ne sait pas , c'est qu'il est surveillé par Bonfire, justement à cause de la mort de sa femme, et par un groupe local de "justiciers d'Internet". Or, dans ce groupe, il y a Rosie, dont on est sans nouvelles, et Faye une journaliste du pays, la meilleure amie de Bloom, la nouvelle coéquipière de Gregory Davis... À peine arrivé, Gregory Davis est chargé d'enquêter sur le meurtre d'un jeune homme, dans ce qui semble être le crime d'un nouveau tueur en série. Mais ses soupçons le portent au départ vers un juge, ce qui perturbe la communauté, même si la femme du juge utilisait les services du jeune homme comme gigolo. Rapidement, un réseau de jeunes prostitué(e)s apparaît. Parmi eux, Madison, dont la sœur, Kelly, est devenue la petite amoureuse du fils de Davis... Surveillé par Faye qui a entamé une liaison avec Bonfire, par son chef qui n'aime pas que l'on s'attaque aux notables locaux, ennuyé par son fils adolescent qui veut mener sa vie, par les secrets de l'oncle et de son manoir, encore abîmé par la mort de sa femme, Gregory Davis doit mener une enquête difficile et protéger sa vie familiale. Et nous nous y retrouver parmi tous ces personnages et les nombreux liens tissés.
Le roman est conçu comme une série télévisée (ou un roman-feuilleton) : un policier qui arrive dans une nouvelle ville, des personnages qui cachent des choses, des rebondissements, des amours rapidement nouées. Ici, à l'ambiance quasi familiale d'un poste de police où il ne se passe pas grand-chose, succède une enquête sordide qui révèle les failles de la vie américaine provinciale calme. Sans cesse des fêlures apparaissent - les secrets de famille, symbolisés par le grenier du manoir, par le passé du policier, par la disparition mystérieuse de Rosie, par ce crime horrible, par le poids des notables, par les amours cachées de tous. Il y a un côté Twin Peaks, plus réaliste et bien évidemment moins déjanté, dans cette description d'une petite ville de bord de mer, où le seul problème est d'attendre les vagues pour surfer, soudainement perturbé par un meurtre horrible qui révèle des côtés plus sombres. Il reste maintenant à attendre la suite pour savoir ce qui se cache sous les mystères annoncés et non résolus.

Citation

Venait-il de l'enclencher, tel un code secret reliant le piano à cette partie du mur ? Insensé ! Pourtant la porte était bien là, en train de s'ouvrir.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 12 août 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page