Une fleur en enfer

Sabine lui retient le bras gauche et s'appuie sur sa jambe valide. Le lit chahute en tous sens et grince avec un bruit de vieille guimbarde.
Henri Weigel - Les Fruits amers
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 septembre

Contenu

Roman - Policier

Une fleur en enfer

Énigme - Disparition - Assassinat MAJ lundi 27 juillet 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Alper Canigüz
Alper Kam cehennem cicegi - 2013
Traduit du turc par Alessandro Pannuti
Bordeaux : Mirobole, juin 2015
252 p. ; 20 x 15 cm
ISBN 979-10-92145-43-4
Coll. "Horizons noirs"

La valeur n'attend pas le nombre des années

Voici le deuxième volet des aventures d'Alper Kamu. Ce détective possède plusieurs caractéristiques exceptionnelles dans le cadre du roman policier : il est turc, surdoué et a cinq ans. Il est si surdoué que ses parents l'ont retiré de l'école et qu'il se promène avec sa "gouvernante". Ses pensées oscillent constamment entre des enquêtes possibles sur des événements bizarres qui se déroulent autour de lui, et sa super intelligence alliée à son âge et qui le rend à la fois très conscient mais très naïf sur certains points, et le besoin quand même de partager les jeux de ces camarades d'âge même si ceux-ci sont bruyants, sales et violents.
Dans cette aventure, Alper est confronté à deux histoires bien distinctes. D'une part, son oncle Nebi Bey est mort de manière naturelle mais il subsiste un mystère lié à sa propre famille car à peine la mort connue, le père d'Alper est parti récupérer des documents chez le défunt dont des photos d'une mystérieuse et belle femme qui pourrait bien être l'amoureuse mythique de cet oncle. D'autre part, Ümit, douze ans, l'un des nouveaux amis de notre détective en herbe, s'accuse d'avoir aidé son frère handicapé à mourir par strangulation sans que l'on puisse savoir s'il est coupable ou si ces propos ne sont pas là uniquement pour cacher l'action d'une tierce personne de cette famille si dysfonctionnelle.
L'Assassinat d'Hicabi Bey, le premier volet des aventures "Alper Kamu, cinq ans, détective", nous avait quelque peu laissé sur notre faim. Avec Une fleur en enfer, Alper Canigüz réussit plus facilement à mixer ses différents ingrédients pour créer une sauce homogène et goûteuse - le personnage central, mélange de naïveté, d'égocentrisme absolu (une sorte de Sherlock Holmes imbu de sa personne à la puissance dix), obsédé par le sexe et les possibilités qui en découlent mais bloqué par sa taille et son âge. Autour de lui, les personnages s'agitent de manière intéressante : la gouvernante, les parents qui se disputent sans arrêt, les enfants du quartier qui sont en train de créer les petits gangs qui se font la guerre d'une rue à l'autre. À un moment, Alper est menacé de mort dans un grenier et doit essayer de s'en sortir malgré sa faiblesse physique et l'atmosphère à la fois de suspense, de tension, mais qui se retrouve aussi empreinte d'humour et racontée comme un gag à la Benny Hill ce qui ne manque pas de nous séduire.
Par le choix de son personnage, de ses intrigues, Alper Canigüz joue la carte d'enquêtes de comédie, des descriptions amusées de la ville d'Istanbul, une cité peuplée de personnages hauts en couleur, comme une version lumineuse des romans d'Albert Cossery sur la misère du Caire.

Citation

L'héritage d'une existence de cinquante et quelques années tenait dans deux vulgaires sacs plastique qui nous étaient échus. Dont un à jeter dans la poubelle la plus proche.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 27 juillet 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page