Les Variations fantômes

En règle générale, quand on sait où sont enterrés les cadavres, on finit tôt ou tard dans la même fosse commune.
Don Winslow - L'Heure des gentlemen
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Les Variations fantômes

Fantastique - Huis-clos - Gothique MAJ dimanche 26 juillet 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,5 €

Régis Descott
Paris : Jean-Claude Lattès, avril 2015
346 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-7096-4744-1

Ghostbusters !

Lorsque l'on remonte aux origines, il y a le roman gothique qui se décline avec une phase de peur pure - qui d'ailleurs donnera le roman fantastique -, et une autre où les événements étranges que vivent les personnages les soumettent à une explication finale, qui elle aboutira au polar. Pour s'en souvenir, il suffit de se rappeler Edgar Allan Poe et de son Double assassinat dans la rue Morgue (1841). Depuis, le genre policier a souvent flirté avec des éléments fantastiques ( du Chien des Baskerville d'Arthur Conan Doyle, aux intrigues de John Dickson Carr en passant également mais bien après aux petits bijoux de Paul Halter). C'est dans cette tradition que s'inscrit Regis Descott avec un roman qui respecte même les canons du genre. Un style volontairement classique, qui cache dans le recoin de ses phrases complexes, des angoisses possibles, encadre une intrigue où nous verrons un château hanté, des propriétaires plus ou moins fantasques, des portes qui grincent, des pianos qui se mettent à jouer tout seul et des rats qui courent dans les murs. Il faut même ajouter une panne d'électricité et de réseau téléphonique qui isole le lieu, la brume, des pièges, des trous qui s'ouvrent dans les jardins, et quelques molosses qui rôdent dans la propriété, prêts à déchiqueter tout intrus. Cerise sur le gâteau : l'histoire est transmise par un manuscrit trouvé et qui montre un autre manuscrit enchâssé.
Le Docteur Morel a réuni une équipe de six apprentis-médiums, spécialisés dans différentes manifestations occultes pour se rendre dans l'Étoile, un château perdu au fond de la forêt. Son propriétaire, Philippe Wolf, un riche financier parvenu, est inquiet car il sait la présence d'éléments fantomatiques. Il aimerait en comprendre la raison et pratiquer une sorte d'exorcisme afin de libérer les âmes qui encombrent sa demeure. Mais, très vite, tout se complique. À peine arrivé, le docteur tombe malade et laisse son équipe se débrouiller toute seule. Wolf a une fille qui multiplie les signes étranges. En tout cas, il y a bien des fantômes, un peu taquins qui jouent au billard ou des fantaisies de Schubert au piano. L'électricité se coupe brutalement, les portables ne fonctionnent plus, les véhicules refusent de démarrer sauf pour écraser un petit chien. Malgré cette atmosphère étouffante, l'équipe se démène pour découvrir pourquoi ces phénomènes de hantise se manifestent, et fouille dans les archives, le cimetière local et les multiples pièces de château. Elle trouvera la cause et pensera aider les morts à retrouver la paix, mais les choses bien entendu sont plus complexes qu'il n'y parait.
Les Variations fantômes est un roman extrêmement construit et gradué. Son début pourrait être le départ classique d'une série autour d'un groupe de spirites appelés pour "nettoyer les lieux" des ses fantômes. Puis le roman entre de plain-pied dans le texte gothique insidieux - des bruits, des silhouettes fantomatiques dans la nuit, des crises, des dysfonctionnements, des portes dérobées et la découverte d'un squelette horriblement torturé. Mais cela ne s'arrête pas là (et c'est ici la bonne surprise) car la résolution de l'énigme spectrale débouche sur un piège temporel, classique lui aussi, mais rendu avec efficacité, jonglant efficacement avec les nerfs du lecteur.

Citation

Mais le train nous entraina à son allure infernale, laissant derrière lui des panoramas, à peine entrevus, tout comme nos interrogations, nos espoirs et nos doutes.

Rédacteur: Laurent Greusard dimanche 26 juillet 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page