Liaisons mortelles : meurtre à la fac de Perpignan

Gus am bris an latha agus an teich na sgàilean / Jusqu'à ce que le jour se lève et que les ombres s'enfuient.
Peter May - L'Île du serment
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 septembre

Contenu

Roman - Policier

Liaisons mortelles : meurtre à la fac de Perpignan

Social - Assassinat - Urbain MAJ lundi 20 juillet 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 11,9 €

Daniel Hernandez
Gudensberg-Gleichen : Wartberg, mai 2015
250 p. ; 20 x 12 cm
ISBN 978-3-8313-2834-5
Coll. "Zones noires"

Lésions dangereuses

Liaisons mortelles est une enquête classique efficace et bien menée, doublée d'une description amusée et cynique des milieux universitaires d'une petite fac de province, sur les compromissions de la petite bourgeoisie avec la morale locale et les joies de l'échangisme. Les contrepoints sur la vie du personnage central qui tente de vivre une nouvelle vie de famille sans sombrer dans les travers d'une conformité trop contraignante sont racontés avec soin et offrent une bouffée d'oxygène au milieu pervers décrit.
Tout a commencé par une lésion, un coup sur l'occiput de Jepe, un jeune étudiant, alors qu'il venait de découvrir le corps assassiné de sa sœur. Heureusement, malgré la blessure, il a été sauvé par Sintes. Des années ont passé. Le meurtre de sa sœur n'a pas été élucidé, et Jepe s'est engagé dans la police. Il a fait sa vie, a même découvert l'amour et s'apprête à être père. Mais c'est un nouveau coup, plus moral celui-là, qui va le replonger dans son passé. En effet, Sintes devenu président de la fac de Perpignan est retrouvé assassiné à son tour, dans son bureau. Très vite, diverses pistes se manifestent car l'homme n'était pas un pied-tendre et avait bousculé de nombreuses personnes à la faculté pour prendre le poste convoité. De plus, depuis sa position, il jouait les parrains, autorisant les validations de postes à certains et les refusant à d'autres qu'il n'aimait pas, voire aux protégés de ceux qui ne votaient pas comme lui dans les instances dirigeantes - un universitaire noir notamment était à cran car cela faisait des années qu'il attendait une simple validation qui lui permettrait d'être reconnu et de postuler pour un haut poste dans son pays d'origine...
Il pourrait s'agir d'une enquête de facture classique, et le titre du roman de Daniel Hernandez nous y incite : qui a bien pu s'intercaler entre deux rendez-vous, rôder les couloirs de la fac, et flinguer le président discrètement ? Mais tout se complique lorsque Jepe comprend que ce crime entre en résonance avec son passé. En effet, Sintes était obsédé par les Liaisons dangereuses, le sulfureux roman de Laclos, dont des résumés et extraits ponctuent de manière intelligente le roman. Libertin, il avait séduit et abandonné de nombreuses jeunes filles. Mais dans ce cadre, n'aurait-il pas rencontré un autre "libertin" plus mortifère, un passionné de strangulation ? Une femme s'est suicidée après une orgie qui aurait mal tourné et tout cela rappelle à Jepe la mort de sa sœur, elle aussi étranglée lors d'un jeu érotique. Et si par delà les années, Sintes avait continué à chercher l'assassin ?
Le lecteur aura la solution à la fois du crime présent et du meurtre passé, mais dans un final un peu trop rapide, comme si l'intérêt principal (et ce n'est pas plus mal) résidait dans cette description à la fois d'un milieu et de personnages sympathiques, description attachante que l'auteur fait vivre avec soin.

Citation

S'emparant à nouveau de la craie délaissée, il pointe tour à tour les éléments consignés et les commente sur un ton enflammée. Il termine par le meurtre de sa sœur.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 16 juillet 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page