Une pluie sans fin

L'étalon italien avait toujours clamé son innocence et préférer condamner ces femmes plutôt que d'écorner son patrimoine.
Jean-Marie Palach - La Conjuration des masques
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Une pluie sans fin

Écologique - Road Movie - Apocalyptique MAJ lundi 06 juillet 2015

Note accordée au livre: 1 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Michael Farris Smith
Rivers - 2013
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Michelle Charrier
Paris : Super 8, mai 2015
448 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-37056-025-4

Rain Man

Katrina n'était qu'un début : le sud des États-Unis est continuellement ravagé par des tempêtes violentes. À tel point que le gouvernement a tracé la Limite, une frontière au-delà de laquelle il n'a plus aucune autorité. C'est là que vivote Cohen, un homme ordinaire hanté par la mort de sa femme et sa fille au début du cataclysme. Mais lorsqu'il est agressé et dépossédé de ses rares biens, le voilà obligé d'affronter le monde...
Décidément, Super 8 continue de souffler le chaud et le froid et après l'excellent Dernier meurtre avant la fin du monde, voilà cet effort qui mélange le traditionnel Grand Roman Américain™ basé sur la sujétion servile à la Grande Littérature - John Steinbeck et William Faulkner - au minimalo-naturalisme adulé par les "kritiks" salonnards pouvant se résumer à : "Surtout, qu'il ne se passe rien, sinon, c'est vulgaîîîre." Au fil du texte, une autre influence devient de plus en plus évidente, celle de La Route, de Cormac McCarthy dont Michael Farris Smith, l'auteur de ce Une pluie sans fin, reprend le style et des passages entiers sans sourciller (plus une prédicatrice allumée qui sort tout droit d'une intrigue de Stephen King) ; sauf qu'il n'y a ni la moelle du surestimé roman de Cormac McCarthy (les relations père-fils), ni le côté hypnotique du style. Là, on a plus l'impression que l'auteur se regarde écrire avec délectation. Et quiconque a lu La Route se doute vite de la façon dont tout cela va finir... À moins d'être amateur d'interminables descriptions climatiques, on s'ennuie ferme. Un ennui de bon ton comme on l'aime dans les salons où l'on cause, certes, mais de l'ennui tout de même...

Citation

Passé ce carrefour, la route traversait un hameau, où il ralentit pour regarder les maisons et les magasins subsistants, en se demandant ce qu'il restait des gens dans ces bâtisses grises et anonymes qui disparaissaient peu à peu comme si elles s'effritaient, se fondaient dans la terre. Il lui semblait pourtant qu'on l'observait. Il lui semblait toujours qu'on l'observait dans ces villes fantômes.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 06 juillet 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page