Les Orpailleurs

C'est vrai qu'elle avait l'air dans les vapes, la gothique. D'habitude, elle est plus bavarde, le genre à raconter la vie de Victor Hugo à ses ravisseurs.
Serguei Dounovetz - Les Gothiques du Père-Lachaise
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 19 juillet

Contenu

Roman - Policier

Les Orpailleurs

Historique - Vengeance MAJ vendredi 21 août 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,6 €

Thierry Jonquet
Paris : Folio, octobre 1998
400 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-040638-5
Coll. "Policier", 2

L'autre définition du Canadien

Il y a d'abord cette fille, Aïcha, Lolita en puissance, qui s'offre au plus offrant avant de repartir vers son destin funeste. Il y a ensuite cette femme peintre. Elle, elle se plait à faire le portrait d'Aïcha. Et puis il y a cette autre femme de l'ambassade de Pologne. Nouvelle pierre au microcosme d'Aïcha. Aïcha, retrouvée morte pourrissante, des cafards pullulant telle une sarabande sur un corps rien qu'à l'odeur on devine qu'il lui est arrivé forcément quelque chose de moche dans cet ancien squat du dernier étage d'un immeuble. Immeuble aux marches sciées par le propriétaire. Et puis les autres femmes aussi elles rencontrent une mort foudroyante, brutale. Ces meurtres tomberaient dans le domaine de l'anecdotique si toutes les victimes n'avaient pas la main droite tranchée net.
Là-dessus débarque une juge qui fuit et son mari et son père. Qui se fait reluquer par un vieux sénile et lubrique. Qui connaît tout de l'extermination des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Qui connait son Auschwitz et son Birkenau par cœur. Qui passe son temps avec un ancien malfrat rescapé des Camps de la Mort.
Il y a aussi une équipe de flics tous plus détruits les uns que les autres. Qui sacrifient tout et tous à leur boulot. Qui se saoulent comme les ivrognes qu'ils jettent au trou se rafraichir la mémoire. Mais qui préfèrent se faire embrocher telle une carcasse de bœuf polonais.
Les Orpailleurs détonne dans l'œuvre d'un Thierry Jonquet habituellement tourné vers le roman noir. Ici, on est plongés dans un roman policier procédural, un 87e District à la française. Du Ed McBain tout craché avec en trame de fond le plus vieux thème du monde : la vengeance. Les Orpailleurs ne restera pas sans suite. Moloch reprendra les principaux personnages. Ces mêmes personnages prendront d'ailleurs vie à la télévision dans la série Boulevard du Palais.
Un roman surprenant, qui nous apprend qui sont vraiment ces autres Canadiens, qui ne viennent non pas du Klondike mais de l'Europe de l'Est, et qui nous parle de ces outcasts polonais au métier d'orpailleur bien particulier.

Récompenses :
Prix du polar lycéen d'Aubusson 2010

Citation

De ses deux poings, il lui martelait le visage avec une rage méthodique. Dansel se traîna à quatre pattes vers le talkie qui avait glissé sous une roue du camion et appela Choukroun. Ensuite, il s'accorda le droit de vomir.

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 19 août 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page