Codex 632 : le secret de Christophe Colomb

D'un seul coup, Sjöberg comprend le pourquoi de ce verbe utilisé au passé. Ce n'est pas que sa mère la croit morte, mais parce que Dewi est devenue une autre.
Carin Gerhardsen - La Dernière carte
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Codex 632 : le secret de Christophe Colomb

Historique - Énigme - Ésotérique - Artistique MAJ vendredi 03 juillet 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

José Rodrigues dos Santos
O Codex 632 - 2005
Traduit du portugais par Cindy Kapen
Paris : HC, mai 2015
384 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-3572-0177-4

Controverse brésilienne

Tomás Noronha, expert en paléographie et crypto-analyse, enseigne à la Nouvelle Université de Lisbonne. Marié à Constance, ils ont une fille trisomique 21. Les soins sont onéreux, d'autant que l'aide spécialisée, qu'elle recevait à l'école publique, s'arrête faute de financements. Pendant un de ses cours, Tomás voit arriver une nouvelle étudiante. Lena est suédoise, intégrée dans le programme Erasmus. Elle le sollicite pour l'aider à assimiler les débuts du module. Dans le même temps, il est contacté par un responsable de la Fondation pour l'histoire des Amériques. À New York, on lui demande de reprendre les travaux du défunt professeur Toscano. Celui-ci travaillait sur la controverse historiographique relative à la découverte du Brésil par Pedro Alvares Cabral. Cependant, celui-ci affirmait avoir décelé un secret plus important... sans rien en dire. Ses notes sont cryptées, illisibles. Seul Tomás a les compétences pour les traduire. La rémunération et la prime de résultat suffisent à le convaincre de collaborer : il pourra faire soigner sa fille. C'est à Rio de Janeiro qu'il reprend les pistes explorées par Toscano. Elles sont décevantes. Les documents consultés sont communs, leur contenu connu de tout historien, sans rapport avec un grand secret. C'est une petite feuille de papier soigneusement pliée dans le portefeuille de l'historien qui permet à Tomás d'entrer dans les codes et les notes parcellaires de Toscano. Elles concernent, en fait, Christophe Colomb et mènent à une révélation peu commune. Tomás peut-il retrouver ce secret ? Et puis, remettre en cause des faits historiques n'est pas à la portée du premier venu. Il va en faire la douloureuse découverte.

Avec ce livre, et le secret de Christophe Colomb, J. R. Dos Santos fait revivre cette période des grandes explorations, cette époque de découvertes de terres nouvelles et de nouvelles richesses. Le Portugal, alors, faisait armes égales avec les grands royaumes européens. Il rivalisait avec même avec l'Espagne. L'intrigue mêle avec brio les procédures de recherches historiques, l'art et les recettes de la cryptologie, l'exploration, l'exploitation de documents et données anciennes, les démêlés sentimentaux et familiaux, les menées politiques et les secrets d'État.
L'auteur donne une vision passionnante de cette époque, explicitant des données géopolitiques, des révélations opportunes, des négociations. Il fait suivre le cheminement d'un historien qui traque les informations au sein de sources documentaires fragiles. Il fait ressortir les difficultés de ces recherches avec les interprétations possibles, les traductions approximatives des auteurs, les copistes qui arrangeaient les textes selon leur bon vouloir ou selon leur compréhension. Il cite un nombre impressionnant de sources autour du personnage de Colomb, reprend les faits, les dates, les lieux, à partir de lettres, de compte-rendu, de récits. Il appuie une large part de son intrigue sur le fait que "les exemples sont nombreux de noms qu'un motif secret transforma en symboles des rôles que les porteurs devaient jouer". Ainsi, il décrit la vie insolite de Christophe Colomb, puisque c'est sous ce nom qu'il est entré dans l'histoire.
Outre les documents et éléments relatifs au "découvreur" de l'Amérique, l'auteur intègre nombre d'informations diverses allant de la Dame aux camélias, du dieu Moloch, de Bernard Prince, d'Umberto Eco, des hiéroglyphes et la pierre de Rosette, aux méthodes de chiffrement. Il applique les différentes approches entre la transposition et la substitution.
J. R. dos Santos signe, avec ce premier volet de la saga de Tomás Noronha, un récit magnifique, érudit, foisonnant. Il fait revivre, de façon brillante toute une époque où la Terre s'ouvrait aux explorateurs.

Citation

... les hiéroglyphes étaient des sémagrammes, c'est-à-dire des symboles représentant une idée complète, plutôt que des phonogrammes, des symboles représentant des sons...

Rédacteur: Serge Perraud mardi 30 juin 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page