Lune pourpre

En fermant les yeux, Alice imaginait les pulsations régulières qui faisaient vibrer la bâtisse, le tic-tac hypnotique du babillard et le souffle grave des grains tombant en pluie de l'auget dans l'œillard pour y être réduits en farine entre les deux énormes disques de pierre. Même l'odeur complexe de cuir, de bois, de métal et de poussière de céréale semblait s'infiltrer dans ses narines. D'où lui venait cette connaissance, alors que le moulin ne fonctionnait plus lorsqu'Ada, sa propre mère était née ?
Diego Arrabal - Alice doit mourir
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tokyo revisitée
1949. Tokyo est occupée par l'armée américaine à la suite de la défaite du Japon. Dans cette métropol...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 02 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Lune pourpre

Social - Tueur en série - Vengeance MAJ lundi 01 juin 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Marshall Karp & James Patterson
NYPD Red 2 - 2014
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Nicolas Porret-Blanc
Paris : Archipel, avril 2015
350 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-8098-1666-2
Coll. "Suspense"

Justice de sang

2001. Lorsque Enzo Salvi, fils d'une famille de mafieux, viole Meredith, la grande sœur de Dave et de Gideon, ceux-ci décident de rendre justice eux-mêmes. Un peu plus de dix ans plus tard, Zach Jordan et le Red sont mis sur l'affaire du meurtre d'une héritière dont le corps a été disposé selon une mise en scène macabre et spectaculaire. Le modus operandi renvoie à trois autres meurtres, l'assassin ayant extorqué à chaque fois une confession à sa victime. Il semblerait que quelqu'un ait décidé de rendre justice, et l'approche des élections ne facilite guère les choses. Surtout que l'assassin pourrait bien être un policier, voire les assassins plusieurs policiers. Leur prochaine victime potentielle est désignée et accusée d'infanticide, mais elle risque fort d'être une véritable innocente !
Il faut le répéter, les produits de l'usine Patterson (qui mérite plus le titre de remetteur en forme que d'auteur...) ne peuvent se juger qu'entre eux, si tant est que James Patterson est l'équivalent littéraire d'un Michael Bay : que l'on aime ou que l'on voit en lui l'incarnation du MAL, il y a un style, aussi putassier soit-il, et mille fois copié (qui a dit Robert Crais ?). Tapis rouge, le premier de cette énième série, était plutôt dans le braquet supérieur, l'auteur aux ordres ayant laissé passer un rien de personnalité dans sa copie, à savoir un humour pince-sans-rire assez roboratif. Ce qui transparaît ici... dans les premiers chapitres, ou deux bras cassés attachants mais minables tentent de se rendre une justice expéditive. Malheureusement, cet aspect s'atténue au profit d'une enquête assez classique donnant l'impression d'être un épisode de série TV un brin ronronnante - mais peut-être est-ce ce que recherchent les aficionados ? Rien à voir avec des navets comme Bons baisers du tueur, mais on reste dans la routine...

Citation

Un enterrement de mafieux. Le rêve de tout fleuriste.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 27 mai 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page