Temps glaciaires

L'orque nomade est le plus cruel des mammifères marins mais l'homme nomade est le plus cruel des mammifères tout court.
Bernard Minier - Une putain d'histoire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 16 avril

Contenu

Roman - Policier

Temps glaciaires

Fantastique - Historique - Vengeance MAJ lundi 25 mai 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Fred Vargas
Paris : Flammarion, mars 2015
498 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-08-136044-0

Actualités

  • 04/07 Librairie: Sélections de l'été 2015 de la librairie Compagnie
  • 22/05 Édition: Parutions de la semaine - 22 mai
    Hormis un énorme pavé de Keigo Higashino, le "Simenon japonais", chez Actes Sud, et toujours le roman de Sébastient Raizer à la "Série noire" gallimardienne, il n'y a pas grand-chose à se mettre sous les dents en nouveautés grand format. En poche, en revanche, il y a de la matière et elle se trouve du côté de chez Rivages. Bien sûr, il y a cette nouvelle publication de l'excellent roman Après la guerre de Hervé Le Corre, mais il y a surtout ces trois rééditions révisées des "Enquêtes de Laidlaw" de l'Écossais de Glasgow William McIlvanney que nous vous recommandons. Et puis un énième Westlake, mais un vieux, revu lui aussi et corrigé tout pareillement (sans compter des chroniques cinéma de Jean-Patrick Manchette pour Charlie hebdo). Après, le Baltimore de David Simon, est à (re)découvrir pour ceux qui aiment le journalisme d'investigation et la procédure. À noter en grands caractères les romans de Sophie Hénaff et Fred Vargas qui viennent faire un peu d'ombre à Harlan Coben...
    Comme d'habitude : faites votre choix !

    Fictions adulte grand format :
    Loves music, loves to dance, de Mary Higgins Clark (Harrap's, "Yes you can !")
    Play dead, de Harlan Coben (Harrap's, "Yes you can !")
    The Woods, de Harlan Coben (Harrap's, "Yes you can !")
    La Fosse du diable, de Clive Cussler & Graham Brown (Grasset, "Grand format")
    Passé mortel, de Philip Donlay (Bragelonne, "Thriller")
    La Lumière de la nuit, de Keigo Higashino (Actes Sud, "Actes noirs")
    La Chorale du diable : une enquête de Victor Lessard, de Martin Michaud (Kennes)
    L'Alignement des équinoxes, de Sébastien Raizer (Gallimard, "Série noire")
    Fausse note : une nouvelle enquête d'Anselme Viloc, de Guy Reichenmann (Vents salés, "Azur")
    Le Fossoyeur, d'Adam Sternbergh (Denoël, "Lunes d'encre")
    Parle-moi de lui, de Marc Varence (Méhari)

    Fictions adulte poche :
    Trouvée, de Luc Bossi & Isabelle Polin (Le Livre de poche, "Thriller")
    Sous les ponts, de Michel Bouvier (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    L'Important c'est la pomme, de Benoît Chavaneau (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Attention au départ !, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Meurtres au soleil, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Le Dernier problème : et autres aventures de Sherlock Holmes = The Final problem : and other adventures of Sherlock Holmes, d'Arthur Conan Doyle (Gallimard, "Folio bilingue")
    Chapitre fatal à la cathédrale, de Jacques Fortier (Le Verger, "Les Enquêtes rhénanes")
    Après la guerre, de Hervé Le Corre (Rivages, "Noir")
    Étranges loyautés : une enquête de Laidlaw, de William McIlvanney (Rivages, "Noir")
    Laidlaw, de William McIlvanney (Rivages, "Noir")
    Les Papiers de Tony Veitch : une enquête de Laidlaw, de William McIlvanney (Rivages, "Noir")
    L'Antiquaire des Marolles, de Muriel Monton (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Les Brumes du passé, de Leonardo Padura Fuentes (Métailié, "Suites. Suites hispano-américaine")
    Ce qui n'est pas écrit, de Rafael Reig (Points, "Thriller")
    Les Visages de Victoria Bergman. 2, Trauma, d'Erik Axl Sund (Babel, "Noir")
    La Pomme de discorde, de Donald Westlake (Rivages, "Noir")

    Fictions adulte grands caractères :
    À toute épreuve, de Harlan Coben (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Poulets grillés, de Sophie Hénaff (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Tromper la mort, de Maryse Rivière (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Temps glaciaires, de Fred Vargas (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")

    Bandes dessinées :
    Kamarades. 1, La Fin des Romanov, de Benoît Abtey, Jean-Baptiste Dusséaux & Mayalen Goust (Rue de Sèvres)
    Pretty little nightmares for adults & ugly kids only, de David Chauvel & Hervé Boivin (Aaarg, "Collection Casbah")
    Jour J. 20, Dragon rouge : 1954, une frappe nucléaire américaine sauve la France à Diên Biên Phu, de Fred Duval, Jean-Pierre Pécau & Denys (Delcourt, "Série B")
    Sans sang, de Tito Faraci & Francesco Ripoli (Physalis)
    L'Étrange vie de Nobody Owens. 1, de Neil Gaiman & Philip Craig Russell (Delcourt, "Contrebande")
    Vigilantes. 4, Super-héros, de Jean-Charles Gaudin & Riccardo Crosa (Soleil)
    Boîte de vitesse, de Jochen Gerner (L'Association, "Patte de mouche")
    The Haunt of fear. 1, collectif (Akileos)
    Wake up America. 2, 1960-1963, de John Lewis, Andrew Aydin & Nate Powell (Rue de Sèvres)
    Projet Aurora, de Jean-Pierre Pécau & Milorad Vicanovic-Maza (Delcourt, "Série B. USA über alles")
    Ghost Rider. 1, de Felipe Smith & Tradd Moore (Panini comics, "All-new. Marvel now !")
    Un long silence. 2, Que la fête commence !, d'Éric Stalner (Glénat, "Grafica")
    Test pour un voleur ! (Carabas, "Lego City")
    Berlin, ordre de tuer, de Nevio Zeccara (Auda Isarn, "Hessa")

    Comics :
    Pumkin scissors. 13, de Ryotaro Iwanaga (Pika, "Pika shônen")
    Ex-vita. 1, de Shinya Komi (Delcourt, "Seinen")

    Littérature de jeunesse (documentaires) :
    Au temps de l'esclavage, de Dominique Joly (Casterman, "Des enfants dans l'Histoire")

    Fictions jeunesse :
    Les Grinche à la dérive, de Philip Ardagh (Père Cator-Flammarion, "Les Grinche")
    Le Lieutenant souriant, de Bernard Gheur (Mijade, "Zone J")
    Nuit noire, de Phillip Gwynne (Casterman, "Rush")
    Le Vol des diamants, de Shirley Hugues (Gallimard-Jeunesse, "Folio cadet. Premiers romans. Léon Klaxon")
    Roméo sans Juliette, de Jean-Paul Nozière (Thierry Magnier, "Grand format")
    Ulysse, prisonnier de Circé, d'Alain Surget (Flammarion, "Castor poche. Mes premiers romans. Les Agents secrets de l'Olympe")
    Rose sous les bombes, d'Elisabeth Wein (Castelmore)

    Cinéma, télévision & radio :
    Les Yeux de la momie : chroniques de cinéma, de Jean-Patrick Manchette (Rivages, "Noir")

    Jeux & divertissements :
    150 énigmes d'Arsène Lupin (Larousse)
    Enquêtes criminelles : le cahier de vacances pour adultes 2015, de Guillaume Lebeau & Stéphanie Bouvet (Marabout)

    Éducation & pédagogie :
    Les Anarchistes individualistes et l'éducation (1900-1914), de Perrine Gambart & Hugues Lenoir (Atelier de création libertaire)

    Mémoires littéraires & correspondance :
    Journal (1940-1945), de Maurice Garçon (Belles lettres-Fayard)

    Histoire (généralités) :
    Trahison : histoire des pires côtés de l'homme, de Pierre Bellemare & Jean-François Nahmias (Flammarion, "Document")
    L'Enfance des dictateurs, de Véronique Chalmet (Points, "Crime")

    Histoire ancienne, archéologie & préhistoire :
    Agrippine : sexe, crimes et pouvoir dans la Rome impériale, de Virginie Girod (Tallandier, "Biographie")

    Histoire de France :
    Jacques Soustelle : l'ami qui a défié de Gaulle, de Marc Francioli (Le Rocher)
    Lettres de la drôle de guerre : 1939-1940, de Jean Zay (Belin)

    Histoire de l'Europe :
    Hartmannswillerkopf : 1914-1918, de Thierry Ehret (B. Giovanangeli)
    Infirmières de guerre : en service commandé : Front de 1914 à 1918, de Jane de Launoy (Memogrames, "Arès")
    Comète : le réseau derrière la ligne DD : de la création en 1940 à février 1943, de Philippe Le Blanc (Memogrames, "Arès")
    Une histoire de la Grande Guerre, de Léon Mirman (Triomphe)

    Histoire des autres continents :
    La Rage fut mon pays d'accueil : Algérie (1946-1961), de Nadia Alcaraz (L'Harmattan, "Rue des Écoles. Récits")
    Ma guerre d'Indochine, de Christian Barral-Poignard (Presses du Midi)
    La Guerre d'Indochine vue par la CIA, de Franck Mirmont (Nimrod)
    Deux fers au feu : De Gaulle et l'Algérie : 1961 ; suivi de Un crime d'État : Paris 23 mai 1959, de Jean-Philippe Ould Aoudia (Tirésias, "Ces oubliés de l'histoire")
    Si je t'oublie jamais, Saigon... : la fin du Vietnam libre : 1975-2015, d'Alain Sanders (Atelier Fol'fer, "Xénophon")
    Témoigner entre histoire et mémoire. 120, Quel avenir pour la mémoire du génocide arménien ? (Kimé)

    Régionalisme :
    1914-1918 : loin du front, en Anjou, d'Alain Jacobzone (Le Petit pavé)

    Criminologie & prisons :
    Les Enquêtes impossibles : 25 crimes presque parfaits, de Pierre Bellemare & Jérôme Equer (J'ai lu, "Littérature générale. Document")
    Le Livre noir des serial killers : dans la tête des tueurs en série, de Stéphane Bourgoin (Points, "Crime")
    Baltimore : une année au cœur du crime, de David Simon (Points, "Crime")
    Zahia m'a tué ? : mon combat pour la vérité, de Abou Sofiane (Néva)

    Droit :
    Les Justices locales et les justiciables : la proximité judiciaire en France du Moyen Âge à l'époque moderne, sous la direction de Marie Houllemare & Diane Roussel (Presses universitaires de Rennes, "Histoire")


    Liens : Après la guerre |Les Brumes du passé |Ce qui n'est pas écrit |À toute épreuve |Poulets grillés |Tromper la mort |Roméo sans Juliette |L'Alignement des équinoxes |Mary Higgins Clark |Clive Cussler |Keigo Higashino |Sébastien Raizer |Agatha Christie |Arthur Conan Doyle |Hervé Le Corre |Leonardo Padura |Donald Westlake |Maryse Rivière |Fred Vargas | Denys |Phillip Gwynne |Jean-Paul Nozière |Alain Surget |Jean-Patrick Manchette |Guillaume Lebeau |Pierre Bellemare |Stéphane Bourgoin

  • 15/05 Prix littéraire: Sélection de printemps 2015 du Renaudot
  • 07/04 Prix littéraire: Sélection 2015 du Prix Landerneau polar

Souffler le chaud et le froid

Comme souvent chez Fred Vargas, le cadre est fantastique, voire fantasmagorique. Dans ce Temps glaciaires, quelques lieux se disputent la primauté avec grâce et poésie comme cette une île rebattue par les vents glacés loin au nord de l'Islande, ce grand espace où des amateurs rejouent les grands discours de la Révolution française, ou même ce château hanté par la famille qui le possède et ses quelques domestiques. Autour de ce domaine, clin d'œil supplémentaire, cette invention de l'auteur : Le Creux, une sorte d'espace à proximité de Paris, où les délires et erreurs du cadastre, les manques de mémoire des communes, ont fait disparaître les bornes et les repères. Ainsi, personne ne sait plus à qui ces quelques hectares, où se nichent un château et une auberge (aux délicieux repas), appartiennent, ni de quelle commune ils dépendent, ce qui en fait un no man's land de contes aussi étrange et familier qu'une histoire de Sigmund Freud.
Dans ces lieux vont s'agiter, avec leurs défauts et qualités habituels toute la bande du commissaire Adamsberg à la fois improbable et haute en couleur. Une équipe policière qui vit avec ses tics et ses manies, qui évite surtout tous les clichés du genre policier. Fred Vargas rend bien cette réunion d'esprits étranges, de personnalités fortes et attachantes, sans jamais sacrifier aux sempiternelles tartes à la crème - enfants ou épouses mourantes, problèmes psychologiques ou traumatismes, etc., qui encombrent les séries policières. Face à ces policiers, les autres personnages au centre de l'enquête seront eux aussi des figures et des silhouettes captivantes : un hypothétique descendant de Robespierre parfois possédé par l'esprit de son ancêtre ; une femme qui s'apparente presque à une sorcière caché dans Le Creux et qui vit avec un sanglier...
En quelques lignes, l'auteur sait leur donner une vitalité et une consistance. Ne prenons comme exemple qu'Alice Gauthier qui ouvre ce roman. C'est une vieille dame, au seuil de la mort, et qui veut accomplir une dernière mission : décharger sa conscience. Sa sortie, malade, pour aller porter une lettre dans une boite aux lettres, sonne comme une épopée. Comme elle perd la lettre, celle-ci est ramassée puis postée par une autre femme, ce qui donne aussi lieu à ses affres quotidiens, ses doutes de conscience et sa rencontre avec Adamsberg est un petit bijou de concision psychologique. Mais quand Alice est retrouvée morte, avec un petit dessin tracée à la hâte près de son corps, c'est l'appareil policier tout entier qui se met en branle.
Quant à l'intrigue, elle joue avec le chaud et le froid car une partie de l'histoire se déroule en Islande, où quelque chose d'horrible s'est déroulé sur une île perdue. Un groupe de touristes a dû en effet survivre contre l'isolement ou contre une puissance fantomatique qui régnerait sur l'écueil. Face au froid, il y a la chaleur du feu où l'on a cuisiné un phoque mais dans les restes du brasier, des années plus tard, on trouve de quoi refroidir l'enthousiasme de cette robinsonnade.
Le chaud et le froid c'est aussi cette évocation de la Révolution française. Les orateurs utilisent la raison glacée (des extraits de discours sont insérés avec bonheur) pour installer la Terreur mais leurs discours sont de grands moments d'éloquence qui enflamment l'auditoire. À travers la rivalité de Robespierre avec Danton ou Desmoulins, puis la fin de l'Incorruptible, c'est en quelques pages la Révolution qui se mord la queue et qui dévore ses propres enfants, ce qui d'ailleurs renvoie également à l'autre intrigue en Islande. Ce chaud et ce froid pourraient même être symbolisés par le signe étrange que le coupable laisse auprès de ses victimes, une sorte de guillotine stylisée qui renvoie à cet appareil conçu pour décapiter, mais avec humanité. Entre ce chaud et ce froid ne peuvent que se provoquer des phénomènes météorologiques ou physiques. Se créent alors des vagues de brume et de brouillard, comme celles qui recouvrent l'île et l'isolent du monde, embrument les idées des policiers ou masquent les éclats solaires de la Révolution.
Entre la révolution qui déchaîne les passions mais pose une chape de plomb, la création aux temps géologiques d'une terre au milieu des mers ou ce lieu hors du temps qu'est Le Creux, ce sont effectivement des temps glaciaires que Fred Vargas rend, avec soin, avec son humour discret, avec son style qui sait se jouer des genres, avec ses passerelles entre personnages, lieux et intrigues, pour nous entraîner dans son conte de fées modernes, dans des romans reconnaissables entre mille, tant son style lui est propre. Un sillon qui semble connu mais qu'elle sait renouveler à chaque apparition, sans jamais lasser. Finalement, le lecteur se prend à rêver que la neige va revenir pour lui permettre de se coincer au bord de la cheminée et écouter une nouvelle fois, en frissonnant, ces Temps glaciaires.

Récompenses :
Prix Landerneau Polar 2015

Citation

On s'en sort pas si mal. On se dirait des choses et d'autres, et puis on les répéterait, et puis on irait finir notre verre et puis on dormirait.

Rédacteur: Laurent Greusard samedi 05 mars 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page