Les Corrupteurs

La violence était hautement contagieuse. Il suffisait que la société soit fragile pour être contaminée.
Maxime Chattam - La Patience du diable
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Les Corrupteurs

Politique - Drogue - Assassinat - Corruption MAJ jeudi 30 avril 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 0 €

Jorge Zepeda Patterson
Los Corruptores - 2013
Traduit de l'espagnol (Mexique) par Claude Bleton
Arles : Actes Sud, mars 2015
362 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-330-04806-8
Coll. "Actes Noirs", 21

Mains propres, amours sales

Le Dahlia noir, dans la réalité et dans ses versions fictionnelles, est sauvagement assassinée puis son corps déposé dans un terrain vague. Dans la vraie vie, le Dahlia noir est une femme qui se rêve actrice mais qui échoue à réaliser ce rêve.
Au début de ce roman du Mexicain Jorge Zepeda Patterson, il y a aussi une actrice retrouvée morte dans un terrain abandonné, mais il s'agit de Pamela Dosantos, une actrice un peu plus connue, dont la carrière a oscillé entre nanars flamboyants et vie amoureuse tumultueuse. Quant au terrain vague, il se trouve malencontreusement à quelques mètres de la demeure de son dernier amant, le puissant ministre de l'Intérieur du Mexique. Par un informateur, Tomas, un journaliste sans grande envergure, apprend ce fait et pressé de finir son éditorial le mentionne déclenchant ainsi un scandale. À présent menacé par des assassins, le journaliste ne sait s'il est poursuivi par des hommes du ministère ou par des trafiquants de drogue car il a découvert que lPamela Dosantos entretenait des liens étroits avec le monde de la pègre. De fait, elle filmait ses ébats avec les puissants de ce monde, ce qui permettait des négociations plus faciles entre les hommes pris sur le fait et le cartel pour lequel elle travaillait. Tomas doit se défendre, et pour se faire appelle à la rescousse des amis d'enfance - la députée d'un parti centriste et un ancien agent des services spéciaux qui est une sorte de Richelieu de l'ombre.
Les Corrupteurs offre une double facette, montrée intelligemment : d'une part, la violence des relations sociales, où tout se négocie, tout peut être l'objet d'un troc, d'une menace, voire d'un chantage. Le récit s'ouvre par l'assassinat froid de la starlette, comme s'il s'agissait d'un simple boulot pour montrer qu'il ne s'agit là que d'une donnée normale de la vie. Plus tard, le même professionnel travaillera au recrutement d'un nouvel hacker d'une manière aussi peu subtile mais efficace. Face à ce portrait noir, d'une corruption généralisée où chacun avance ses pions, pousse ses hommes qui serviront pour agrandir le pouvoir, où les relations sexuelles sont aussi des relations de pouvoir, l'auteur présente deux équipes soudées, liées par une passion commune (des informaticiens) ou un passé commun (Tomas et ses amis). Mais ces équipes sont auscultées avec soin. Peuvent-elles résister au chaos de la société, aux pressions de mort, aux propres pulsions des personnages ? Comment ne pas trahir ses camarades si l'on est soi-même menacé ? Comment concilier une amitié si des sentiments amoureux (et donc des jalousies possibles) s'y glissent ?
C'est ce mélange entre un cadre réaliste, sordide, construit comme un thriller, une intrigue qui montre et dénonce et des personnages pris dans leurs contradictions, leurs envies et le besoin de bonheur qui fonde tout le sel de cette aventure racontée avec soin et un discret humour.

Citation

La chemise à ses initiales, les énormes boutons de manchette et la pochette rouge sur son costume à rayures révélaient qu'il était un fervent admirateur du style qui s'imposait dans les toilettes.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 30 avril 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page