La Violence en embuscade

Dans ce pays, le rire tue le ridicule.
Jean-François Parot - L'Année du volcan
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 13 novembre

Contenu

Roman - Policier

La Violence en embuscade

Social - Terrorisme - Urbain MAJ mercredi 25 mars 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Dror Mishani
Efsharut shel alimut - 2013
Traduit du hébreu par Laurence Sendrowicz
Paris : Le Seuil, mars 2015
306 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-02-107710-0
Coll. "Policiers"

Champs de mines du quotidien

Israël est décidément un pays étrange avec une enclave occidentale sur un continent, une sorte d'île qui se sent entourée d'ennemis et de dangers. Un pays où l'idée de la mort, pour les survivants et leurs descendants de la Shoah, se réanime constamment avec les menaces terroristes. Un pays occidental qui est aussi pris dans ses contradictions avec le rêve de vivre en paix d'une partie de sa population, mais également son lot d'immigrés plus ou moins assimilés, du chômage, des zones surpeuplées où il faut jouer des coudes pour trouver une crèche, une épouse ou un travail. Toute l'histoire policière de ce nouveau roman de Dror Mishani essaie de percer le labyrinthe de ce quotidien décrit avec soin et une certaine lenteur.
Au cœur de l'intrigue, le policier Avraham Avraham. Un policier perturbé qui croit avoir rencontré l'âme sœur chez une consœur étrangère qui ne semble pas vouloir faire le grand saut pour le rejoindre depuis la Hollande où elle vit. Un policier qui doit se débattre avec sa conscience car sa précédente enquête, même si elle a débouché sur la découverte du criminel, ne fut pas résolue dans les règles de l'art. Pire, son adjointe a été obligée de faire un rapport sur la manière dont se sont déroulé les investigations, et elle a dû charger Avraham Avraham tout en tentant de ne pas trop l'enfoncer. Dans la présente enquête, Avraham Avraham doit travailler sur une alerte à la bombe qui visait une crèche. Malgré le suspect idéal, le policier est attiré par un autre homme discret dont l'enfant se trouve aussi à la crèche, et dont le comportement est très étrange. Alors, il veut en savoir plus, mais entre les erreurs de l'affaire précédente et ses désarrois amoureux, son esprit ordonné a plutôt tendance à s'orienter vers le chaos.
Universitaire et spécialiste du roman policier - ainsi que de la littérature du XIXe siècle -, Dror Mishani place son intrigue dans une description qui oscille entre les notations sociétales à la Balzac sur la vie quotidienne et l'approfondissement psychologique de son personnage. Il maîtrise avec excellence son sujet. Il y a chez lui une épaisseur et une atmosphère qui font que le texte, dans sa lenteur, se situe quand même plus dans la tradition des épisodes mettant en scène le commissaire Maigret de Georges Simenon que dans le soporifique d'un Derrick (toute comparaison avec les antécédents de Horst Tappert serait hautement infondée). La Violence en embuscade confirme tout le talent que l'on supposait chez Dror Mishani, et son personnage gagne en étoffe et en attachement.

Citation

Le lendemain matin, cette étrange sensation s'était dissipée mais ils avaient eu tous les deux, l'espace d'une soirée, le pressentiment que quelque chose risquait de dérailler. C'est exactement ce qui arriva.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 25 mars 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page