En eaux profondes

Et il rentre chez lui pour ouvrir son courrier et se branler en pensant à sa voisine pubère. Un gars formidable, un cœur gros comme ça.
J. Robert Lennon - Mailman
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Thriller

En eaux profondes

Ethnologique - Énigme - Complot MAJ jeudi 19 mars 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Elisabeth Elo
North of Boston - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Carla Lavaste
Paris : Belfond, février 2015
420 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-7144-5536-9
Coll. "Noir"

De bon cœur

Le plus dur, sans doute, lorsque l'on écrit un premier roman, c'est de résister à l'envie de tout dire, de multiplier les événements, les personnages, de développer des intrigues, que les auteurs plus aguerris laissent un peu en suspens, comme pour donner de l'ombre à leurs héros (ou prévoir des suites).
Elisabeth Elo, elle, a l'enthousiasme des néophytes, et ne craint pas de déborder. Son héroïne, qui s'appelle Pirio Kasparov, est une Russe intrépide qui manque d'être noyée lors de la collision de son petit bateau avec un gros cargo qui s'enfuit. Ned, son ami, y laisse cependant la vie. Elle s'en sort alors qu'elle aurait dû mourir d'hypothermie. Elle va donc faire des tests pour l'armée afin d'en savoir plus sur ses aptitudes qui semblent hors du commun. Dans le même temps, un personnage trouble s'infiltre dans sa vie. Elle met du temps avant de comprendre qu'il n'est pas un espion mais un journaliste enquêtant sur la compagnie propriétaire du cargo. Cette compagnie cache en effet de bien vilains secrets (et le lien avec la collision est loin d'être ténu). Le mystère s'épaissit lorsque l'ancienne secrétaire de la compagnie est retrouvée morte après avoir parlé avec Pirio Kasparov. Tout serait bien trop simple si en même temps, Pirio Kasparov, n'entrait pas dans une relation étrange avec son père. Ce dernier est sur le point de mourir , et c'est donc l'occasion de se pencher sur leur vie, sur l'épouse et mère morte, sur le parfum secret dont elle emporta le secret de fabrication dans la tombe. Pirio Kasparov est aussi la marraine d'un garçon charmant dont la mère est une alcoolique notoire, coincée dans des relations amoureuses destructrices. Alors, une seule question se pose : comment cette héroîne va-t-elle faire pour ne pas aller d'échec en échec...
L'intrigue est bien montée, avec ces doses de mystère. Les questions initiales trouveront leurs réponses lors d'un voyage avec les ennemis de Pirio Kasparov dans un gigantesque bateau, pour une expédition qui révélera de nombreux secrets, de manière un peu factice - l'expédition du bateau passe par les régions arctiques dans une communauté inuits du Labrador, ce qui permet à l'héroïne d'user de ses compétences physiques afin de résister aux eaux froides et de retourner à la cabane où sa mère passait ses vacances d'été. Du coup, le dénouement arrive rapidement, un peu comme un coup de baguette magique, et toutes les situations dramatiques semblent trouver des réponses : les familles se réconcilient, les cures de désintoxication se lancent, et il faut lire En eaux profondes comme un roman généreux où l'auteur a donné un grand nombre d'éléments que d'autres auraient précieusement conservé pour plusieurs volumes d'une série. Mais c'est bien cet aspect, à travers un récit dynamique, rapide, nerveux, à l'écriture efficace et sans fioritures stylistiques, qui nous emporte.

Citation

Parnell comprend ce qu'on s'apprête à faire. Ses yeux n'expriment aucune peur. Main dans la main, nous sautons. 

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 13 mars 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page