La Collection

Ce que je cherche à dire, c'est qu'il existe un endroit au-delà de la volonté et de l'angoisse, où les valeurs et les exigences de la vie quotidienne disparaissent. Où seul compte de survivre, moment après moment, pour éviter la dépression.
Dan Fante - Rien dans les poches
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Carré des indigents
Pour nos lecteurs les plus jeunes, rappelons que le carré des indigents est l'endroit dans un cimetiè...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 24 janvier

Contenu

Roman - Noir

La Collection

MAJ jeudi 20 août 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 7,5 €

Gérard Streiff
Marseille : L'Écailler du Sud, mai 2009
170 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-35299-031-4
Coll. "L'Écailler du Nord", 115

Actualités

  • 11/04 Prix littéraire: Gérard Streiff récompensé
    Du dimanche 11 au dimanche 25 avril se tient à Strasbourg la quatrième Semaine (en fait une "quinzaine") de la Mémoire et de la Transmission - des rencontres, débats et autres animations autour du thème du devoir de mémoire organisés par l'association Les Oubliés de l'histoire. À cette occasion, Gérard Streiff recevra le 4e prix Véronique Dutriez pour son roman policier paru aux éditions L'Écailler La Collection. La remise du prix aura lieu le jeudi 22 avril à 17 h 30 à la librairie Kléber à Strasbourg (1, rue des Francs-Bourgeois).
    Le prix Véronique Dutriez, créé en 2007, récompense un livre - essai ou fiction - qui contribue à maintenir vivace le souvenir de faits historiques importants mais rarement abordés. Il doit son nom à une militante pour les droits de l'Homme strasbourgeoise très active, épouse du médecin psychiatre - non moins actif dans ce même combat contre l'exclusion et la misère - Georges Federmann. Véronique Dutriez est morte en novembre 2005 sous les balles d'un ancien patient de son mari qui avait fait irruption dans le cabinet de celui-ci et avait tiré sur elle avant de blesser grièvement le Dr Federmann. À travers ce prix sont ainsi perpétués ses engagements humanistes en même temps que sont honorés les écrivains qui d'une façon ou d'une autre les ont faits leurs.
    Pour recevoir la plaquette-programme complète de la Semaine de la Mémoire et de la Transmission 2010, envoyez un courriel aux Oubliés de l'histoire.
    I. Roche/k-libre
    Liens : Gérard Streiff

Voir Struthof et mourir

L'enquête de Cesare Boreli n'avance guère. Les morts sur lesquels il enquête le ramènent à Struthof, le seul camp de concentration français de la Seconde Guerre mondiale. Mais après ?
Après, rien. Il piétine Cesare, il piétine, dans sa recherche de la vérité. Elle va apparaître alors qu'il réunit autour de lui ses amis soixante-huitards.
Noire et aussi sinistre que la horde de motards néo-nazis qui s'abat sur son village alsacien ce week-end là…
Le cauchemar de Struthof, et avec lui du nazisme, n'a pas fini de hanter des vies et, dans une intrigue qui fait la part belle aux délires des nazis ou de leurs serviles scientifiques français, Gérard Streiff réunit le passé et le présent, l'horreur et l'horreur. Un polar coup de poing qui utilise habilement l'histoire pour bâtir son intrigue et qui s'avale d'une traite.

Citation

- Il y avait un peu de folklore, si tu veux. Mais on était ambitieux. On voulait subvertir l'art, le réaliser dans la vie quotidienne.
- Et côté politique ?
- On prônait l'insurrection, la vraie ! Arrêter de survivre, politiser la délinquance, pratiquer le terrorisme burlesque, libérer les mœurs, changer les médias !

Rédacteur: Jean-Noël Levavasseur mercredi 05 août 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page