Hollywood Monsters

Le cours de la vie était alors plus élevé que celui d'un baril de brut ou qu'une chaîne en or. On ne confiait pas ce genre de contrat à des petites frappes en mal de sensations fortes. Les armes à feu s'achetaient facilement, mais avec plus de difficulté qu'aujourd'hui. Les anciens militaires comme moi avaient encore la cote.
Stephan Ghreener - L'Été des deux pôles
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 15 septembre

Contenu

Roman - Insolite

Hollywood Monsters

Fantastique - Historique - Énigme MAJ lundi 16 mars 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 7,5 €

Fabrice Bourland
Paris : 10-18, janvier 2015
336 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-05888-1
Coll. "Grands détectives", 4674

Qui sont les monstres ?

C'est à Hollywood que Fabrice Bourland entraîne ses détectives de l'étrange, sur les traces de monstres de fiction devenus réalité, ou sur de tristes réalités qui ont influé la fiction. Un roman passionnant à tous points de vue.

Parce que les blessures d'Andrew, occasionnées lors de l'affaire dite de "L'héritier des Bradshaw", sont en bonne voie de guérison, son médecin lui ordonne de l'exercice au soleil du bord de mer. James arrête son choix sur Los Angeles, un lieu situé loin des menaces de guerre qui s'accumulent, en cette année 1938, sur l'Europe.
Sur place, ils sont accueillis par Stuart Dauncey, qu'ils ont connu à l'université de Boston. Celui-ci, féru de cinéma, a échoué dans sa grande ambition de devenir acteur. Il s'est reconverti dans le journalisme, spécialisé dans les potins relatifs aux stars et étoiles d'Hollywood.
C'est en rentrant en voiture, dans un épais brouillard, d'un concours de bienfaisance présidé par Dorothy Lamour, qu'ils heurtent un être fantastique, mi-homme, mi-bête. Andrew, derrière le pare-brise, à quelques pouces d'un visage de loup, capte une terrible rage dans son regard. James, quant à lui, est persuadé d'avoir vu un loup-garou. Mais, n'est-ce pas simplement un homme déguisé et grimé plutôt qu'un véritable monstre échappé d'un bestiaire fabuleux ? Les films, sur ce thème, ne se sont-ils pas multipliés ?
Avec Stuart, ils traquent dans la presse des faits divers inhabituels. Par des informateurs, ils apprennent qu'une jeune femme a été égorgée aux environs de minuit dans le secteur où ils se trouvaient. Par recoupements, ils découvrent que la victime travaillait dans un établissement, l'Angels club, qui regroupe des individus aux particularités physiques étonnantes. Plus tard, retournant sur les lieux, ils découvrent le cadavre du loup-garou, un jeune homme atteint, en fait, du syndrome d'Ambras.
Si la police locale se contente de ce coupable idéal, il n'en n'est pas de même pour les deux limiers qui se lancent, avec l'aide de Stuart, sur des pistes qui se révèlent effrayantes...

Andrew Singleton, le détective écrivain de nationalité canadienne, et James Trelawney, son associé, forment un couple de détectives qui empruntent quelques caractéristiques au célèbre duo de Conan Doyle. Cependant, de notables différences donnent à ces détectives une spécificité très particulière tel que leur domaine novateur d'enquêtes, à mi-chemin entre réalisme et fantastique, entre pragmatisme et occultisme.
Dans ce récit, leur créateur les transporte dans la Mecque du cinéma, alors que la mode est aux films mettant en vedette toute une kyrielle de monstres issus des grands mythes littéraires du XIXe siècle. C'est l'âge d'or pour Dracula, Frankenstein, l'homme invisible, les momies égyptiennes... L'auteur conjugue, alors, pour son intrigue, un hommage à ce cinéma fantastique, une vision sans fards de l'existence quotidienne dans cette cité factice et les conséquences de programmes eugéniques. En effet, sur ce dernier point, les États-Unis, dès le début du XXe siècle, se sont fait les chantres des théories eugénistes. Nombre d'États ont promulgué des lois de stérilisation forcée. Quelle était la vie de ceux qui étaient alors considérés comme des monstres ?
Fabrice Bourland explore cette cité faisant preuve d'une connaissance presque encyclopédique de cette période, multipliant les anecdotes et les renvois explicatifs en bas de page, tant sur les films que sur les acteurs, les tournages que la littérature en vogue. Il fait état de l'émergence de nouveaux détectives privés qui vont s'épanouir à Los Angeles grâce aux romans adaptés au cinéma.
Il donne, également, le contexte politique de cette Amérique peu troublée par les événements qui secouent la vieille Europe et les risques d'une guerre imminente. Son amour de la littérature populaire transparaît à travers les lectures de son héros, le choix de ses lieux de vie comme cet hôtel proche d'une grande librairie publique. La fin ouverte laisse penser que les détectives de l'étrange n'en n'ont pas fini avec les mystères aux USA.

Avec Hollywood monsters, Fabrice Bourland signe un roman profond s'attachant à montrer, dans le cours d'une intrigue brillante, des aspects sociologiques, politiques et humains d'une grande pertinence.

Citation

Ce film a rendu Hollywood fou de jalousie, à tel point que je formule une théorie : c'est le choc causé par le Potemkine qui a déclenché la commercialisation du cinéma sonore en 1927, plusieurs années avant la date initialement prévue.

Rédacteur: Serge Perraud mercredi 11 mars 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page