Maboul Kitchen

Lors d'un interrogatoire, Eva préférait surprendre, déstabiliser, oser beaucoup de questions anodines dont les réponses étaient souvent lourdes de sens pour elle.
Philip Le Roy - Le Neuvième naufragé
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 20 juin

Contenu

Roman - Thriller

Maboul Kitchen

Humoristique - Assassinat MAJ mardi 03 mars 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Nadine Monfils
Paris : Belfond, février 2015
234 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-7144-5895-7
Coll. "Littérature française"

Swing à Saint-Amand-du-Fion

Puisque cet imbécile de Jean-Claude Van Damme n'a pas voulu d'elle, Mémé Cornemuse, la dame Tartine du Plat pays, jette son dévolu sur Gilberto Van Pinderlok, un vieux barbon baron rencontré à l'asile. Les voilà partis pour la résidence du vieux noble à Saint-Amand-du-Fion, où le baron ne survivra pas bien longtemps à sa nuit de noces. Car Mémé a quelques idées pour transformer la demeure matrimoniale en pompe à fric pour pouvoir enfin se payer le chirurgien esthétique qui lui rendra ses vingt ans. Ça va swinguer à Saint-Amand-du-Fion !
On l'a déjà dit, les romans de Nadine Monfils devraient être remboursés par la sécurité sociale en tant que substitut aux antidépresseurs. Est-ce parce que Mémé goes to Hollywood, le précédent opus, faisait figure d'apothéose que la série s'arrête-là ? Peut-être est-ce préférable : il vaut mieux éviter que cet humour hénaurme qui fait de Nadine Monfils la plus digne héritière de San Antonio dans une version belge vire au procédé. Les Mémé Cornemuse font une peu figure de films des ZAZ : une gigantesque fuite en avant, et peu importe s'il arrive que l'un des gags que l'on débite à la seconde fonctionne moins bien (ce qui est rare), le suivant le rattrapera. Un univers qui bafoue la logique, ou plutôt impose la sienne propre tout en restant ponctué d'effets de réel qui ne font qu'amplifier le décalage. Mais ce tourbillon défie toute analyse : on se laisse emporter par le flot sans trop réfléchir, le plaisir est à ce prix. L'auteur, manifestement au faîte de son art, sème mine de rien des petites touches d'écriture bien senties, comme ça, au passage, puisque toute bonne comédie cache une certaine gravité. Même si on ne revoit pas Mémé Cornemuse, ou si elle redevient le personnage secondaire qu'elle était au départ, on attend la suite de l'œuvre de Nadine Monfils avec confiance.

Citation

Golconde dévoilait la vraie nature de mémé Cornemuse : le Petit Chaperon rouge qui mange le loup et la grand-mère, puis s'assied tranquillement sur un banc pour savourer les galettes piquées à sa mère en attendant que les hommes tombent du ciel.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 03 mars 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page