Embruns toxiques

Quel connard ce garagiste. Normalement ces mecs-là ne se suicident pas, ils n'ont pas le temps, ils sont trop occupés à percer les radiateurs ou à scier les directions en douce pour pouvoir les réparer et les facturer par la suite. Merde, quoi, j'étais tombé sur le seul garagiste à ne pas avoir un carburateur à la place du cœur.
Jacky Schwartzmann - Pension complète
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 29 novembre

Contenu

Roman - Policier

Embruns toxiques

Tueur à gages - Finance MAJ lundi 02 février 2015

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Bernard Méhaut
Janzé : Coëtquen, juillet 2015
252 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-84993-230-8
Coll. "Policier"

Jersey troué

Lorsque la photographe parisienne Philippine de Lauzach est assassinée dans un hammam, Olivier Müller, le commissaire de Vannes, est sur les dents car le meurtre a tout d'un contrat de professionnel. Mais pourquoi faire assassiner une paisible photographe ? La piste s'oriente vers Jersey et ses banques accueillantes, mais il faudra encore plusieurs morts et suicides avant de venir à bout de l'enquête...
Avec un tiers de pages en moins que son précédent et premier roman, chroniqué en ces lieux, on pourrait croire que Bernard Méhaut a dégraissé son sujet... Et, curieusement, ce sont toutes les notes d'atmosphère qui faisaient le charme du premier opus qui ont sauté ! Il reste une enquête rapide et allègre - avec bien sûr énormément de dialogues et non dépourvue d'humour -, mais on a l'impression que l'auteur a cédé à la mode actuelle de faire de la série  TV prémâchée pour spectateurs habitués à ce qu'on leur serve toujours la même soupe. L'ensemble devrait ravir les nostalgiques du Masque des années 1970-1980, mais le petit supplément d'âme du premier roman s'est évaporé. Dommage...

Citation

Depuis cinq ans qu'il exerçait sous sa direction, il avait appris à apprécier l'homme et son attitude paternaliste. Une étrangeté dans le monde de la police.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 02 février 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page