Snuff

Le faire taire ? Je ne suis pas sûr que ça soit la meilleure solution. Au point où nous en sommes, je pense qu'il vaudrait mieux le faire parler...
Gilles Bressand & Guillaume Weill-Raynal - Suite 2806
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Noir

Snuff

Social - Artistique MAJ mardi 16 décembre 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16,5 €

Chuck Palahniuk
Snuff - 2008
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Claro
Paris : Sonatine, août 2012
210 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-35584-118-7

Ça glisse au pays des Merveilles

Un snuff movie est un film dans lequel les acteurs sont censés mourir réellement durant le tournage. Dans ce roman de Chuck Palahniuk, il ne s'agit pas d'un véritable snuff movie même si depuis le début plane l'ombre de la mort, la mort annoncée de la vedette féminine du film. L'idée est simple : réaliser le film porno ultime durant lequel Cassie Wright, une actrice vieillissante du hard va voir passer sur elle six cents acteurs interchangeables et numérotés l'espace d'une nuit. Normalement, par de simples effets physiologiques, elle ne devrait pas pouvoir survivre à l'ensemble de ces assauts...
Mais cette mort apparait comme hors champ, de même que l'actrice. Chuck Palahniuk est un esprit fin, et il a mis dans une pièce le lieu du tournage. Les acteurs qui attendent leur tour en compagnie du lecteur sont derrière la porte qui parfois s'ouvre et laisse passer un bruit ou une odeur, sans plus. Cette mort rôde ainsi, se glisse entre deux conversations car, finalement, elle est omniprésente : tous les acteurs savent que l'actrice risque de mourir et espèrent, cyniquement, que le scandale retombera en une option positive sur leur carrière, et ils seront ceux qui ont tué l'actrice - mais devant six cents coupables potentiels, il n'y a aucun moyen d'être condamné.
Le roman se construit en spirale autour de trois acteurs particuliers mais qui pourraient symboliser l'ensemble : un homosexuel qui entend redorer sa carrière artistique avec le scandale (n° 72), un jeune qui s'est inscrit car il croit être le fils de l'actrice (n° 137) et une vieille star du X qui fut le premier partenaire de l'actrice (n° 600) et qui a même un cachet létal pour aider son amie à réaliser ce fantasme ultime.
Chuck Palahniuk utilise son style personnel, mélange de roublardise (car évidement il est question de maternité et de paternité dans un domaine plus axé sur le plaisir), d'humour (il y a une scène où le jeune homme couche avec une poupée gonflable qui se dégonfle au fur et à mesure de ses poussées) et d'obsessions américaines : le culte de la performance, du spectacle, de l'argent, du sexe comme business normal. Après les deux tiers du texte, suite de préliminaires verbaux, le roman s'accélère jusqu'à l'explosion finale, dans une sorte de parabole de l'acte sexuel lui-même. Jouissif !

Citation

Ça fait quoi de voir sa bite et ses couilles, ou son clito et ses grosses lèvres, clonés un milliard de fois sur une étagère derrière le vendeur de sex-toys qui mâche un chewing-gum ?

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 15 décembre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page