Un Noël à Kanpur

Très raffiné dans ses attitudes et ses excentricités vestimentaires, Arnault de Battz incarnait le dandy sexagénaire, producteur estimé, homosexuel accompli, qui ne quittait jamais ses lunettes de soleil, même en régie.
Jérôme Camut & Nathalie Hug - W3, le sourire des pendus
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 septembre

Contenu

Roman - Policier

Un Noël à Kanpur

Historique - Assassinat MAJ mardi 16 décembre 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 10,2 €

Anne Perry
A Christmas Garland - 2013
Traduit de l'anglais par Pascale Haas
Paris : 10-18, novembre 2014
160 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-06426-4
Coll. "Grands détectives", 4841
Petits crimes de Noël, 9

Ce qu'il faut savoir sur la série

Anne Perry a assis sa renommée sur les séries d’enquêtes de Charlotte et Thomas Pitt et celles de William Monk. Parallèlement à ces deux monuments, elle distille une autre série dénommée "Petits crimes de Noël". Elle prend pour cadre ce moment festif synonyme de joie, de paix et de bonheur pour y placer un drame.

Nouveau Petits crimes de Noël

Chaque année, quelques jours avant Noël, Anne Perry propose un roman dont l'intrigue est axée sur cette fête religieuse et commerciale. Elle reprend, dans un cadre différent, quelques-uns des personnages qui traversent les sagas de Pitt et de Monk.
Pour 2014, l'auteur quitte les terres du Royaume Uni pour développer une nouvelle enquête dans des lieux plus exotiques.

Dhuleep Singh, un Sikh servant dans l'armée britannique aux Indes a été emprisonné parce qu'il n'avait pas assuré sa garde. Il s'évade blessant mortellement Chuttur Singh qui, cependant, réussit à donner l'alarme avant de décéder. Le prisonnier connaissait les mouvements de troupe et une patrouille a été anéantie.
Après des investigations, il semble que seul le caporal John Tallis, l'infirmier, ait pu aider le prisonnier à fuir.
Le colonel Latimer convoque le lieutenant Victor Narraway pour lui ordonner d'assurer la défense de l'accusé qui sera jugé dans deux jours. Écrasé par sa responsabilité, Victor commence une enquête pour étayer sa défense. Lors de son entretien avec le coupable présumé il acquiert la conviction de son innocence. Il rencontre tour à tour les protagonistes qui étaient sur les lieux pendant l'évasion. Ses questions éveillent la méfiance. Mais ce jeune lieutenant est pugnace et motivé pour sauver, pense-t-il, la vie de cet homme.

Anne Perry installe son récit en Inde, dans la période fort troublée de l'année 1857, après la révolte qui a secoué cette partie de l'Empire colonial britannique. Ce qui a mis le feu aux poudres, c'est le cas de le dire, est cette obligation, pour les soldats, d'arracher avec les dents une partie en papier pour pouvoir utiliser les cartouches de fusil. Une rumeur a circulé parmi les natifs enrôlés dans l'armée que ce papier était enduit, pour les Hindous, avec de la graisse de vache, pour les musulmans, avec de la graisse de porc. Pour les premiers l'animal est sacré, pour les seconds, la bête est impure. Cette version, ajoutée à un fort sentiment d'injustice, a déclenché un soulèvement sanglant.

Elle retient, comme héros, un jeune officier sortant de l'université, fraîchement débarqué dans le pays. Elle le confronte à des soldats et des officiers chevronnés, de vieux "briscards" qui ne jurent que loyauté vis-à-vis de l'armée, qui exaltent le courage au combat et autres fariboles du même genre.
Malgré les pressions, suivant son intime conviction, avec des périodes fortes de doute, son héros cherche la faille dans la succession des événements jusqu'à un final de grande qualité.
Anne Perry, on ne s'en étonnera pas, maintient la tension jusqu'à la dernière page. Elle brosse, à travers ce roman, des portraits attrayants, attachants, bien construits, leur faisant donner un avis sur la colonisation. Sa maîtrise dans la progression de l'intrigue et son art de conteuse font merveille.
Ce nouvel opus dans la série des Petits crimes de Noël, dans un cadre presque aux antipodes, se lit avec plaisir et passion.

Citation

Le caporal Tallis est accusé de ce crime non pas parce que nous croyons que c'est lui qui l'a commis, mais parce que rien ne nous permet de croire qu'il puisse s'agir de quelqu'un d'autre.

Rédacteur: Serge Perraud mardi 09 décembre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page