La Barbarie occidentale

Le départ était imminent, les bébés comme toujours se mirent à pleurer, exactement comme les oiseaux cessent de chanter en cas de malheur. Un phénomène que Robert n'avait jamais vraiment pu expliquer mais qui se produisait systématiquement. Les bébés hurlaient quand le train partait.
Jo Witek - Peur express
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 17 novembre

Contenu

Roman - Noir

La Barbarie occidentale

Historique - Social - Géopolitique MAJ lundi 17 août 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Jean Wysock
Nantes : Amalthée, décembre 2008
246 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-310-00108-3

Cambodge, un destin cousu d’abîmes

Pnom Penh, 1997. Un coup d'État finit de renvoyer le Cambodge à la violence qui le gangrène. Cette violence qui n'a jamais cessé d'irriguer le pays, mais pour le balayer cette fois de part en part en une nouvelle convulsion tragique, offrant ses opportunités inédites de saccage, de viol, de barbarie. Frédéric, qui s'est installé dans la capitale depuis bien longtemps, en a déjà plus que son compte de ce mal qui a fini par presque tout emporter de l'infinie beauté du Cambodge. Mais il lui faut encore affronter l'innommable. Celui que son ex, par exemple, rendue au pire d'elle-même, doit traverser comme un champ de braises au terme duquel il lui faudra mourir ou bien surgir enfin. Amis, ennemis, enlacés dans la folie de bêtes abruties de fureur. Et sous couvert de politique, survivre dans le chaos du meurtre généralisé, défriché jusque sur le pas des seuils les plus futiles. Kill, kill, shoot! Ici on tue par ennui, là pour assouvir la bassesse d'êtres si jovialement féroces.
L'analyse des maux qui ronge la société cambodgienne est fine et sans concession. Partout la criminalité s'est diffusée, doublant le pire de l'odieux. Le tout offrant la vision d'un univers sans lendemain, où il faut se servir tout de suite, de peur qu'il ne reste bientôt plus rien de ce monde pillé déjà jusqu'à la corde.
La ville est dangereuse, criminogène. La violence s'y est établie comme sa seule raison. Encerclant des êtres ténus, ainsi de Ra et Lim, gosses jetés dans le bouillon de péripéties abjectes. Et quand un horizon se dessine, c'est de la pire façon, comme cette vengeance terrible des enfants de la rue, lynchant un sale type dont on se prend à penser qu'il l'a bien mérité. La barbarie achève ainsi de tout recouvrir. Car c'est non seulement le sang de l'innocence qui abreuve ce roman, mais celui, plus douloureux s'il est possible, de l'innocence souillée, contaminée par le Mal, ouvrant à la nation un destin cousu d'abîmes. De cet abîme qui borde l'écriture même du roman, travaillé par une voix intérieure qui vient rompre souvent l'économie du récit comme pour porter secours à ce qu'il reste d'humanité en nous.

Citation

Il faut toujours rappeler au faible qu'il est faible.

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 23 juillet 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page