L'Été des meurtriers

Dans une échelle de dangerosité de 0 à 100, l'alcool est évalué (par l'OMS) à 72, contre 55 pour l'héroïne et 44 pour le crack...
Mario Bettati - Le Trafic de drogue - Pour un contrôle international des stupéfiants
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 décembre

Contenu

Roman - Thriller

L'Été des meurtriers

Géopolitique - Terrorisme MAJ mardi 04 novembre 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,9 €

Oliver Bottini
Sommer der morder - 2006
Traduit de l'allemand par Didier Debord
La Tour-d'Aigue : L'Aube, septembre 2014
446 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-8159-1038-5
Coll. "Noire"

Mondialisation des conflits

Un petit village allemand, blotti au cœur de la Forêt-Noire. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la vie s'écoule paisiblement et l'on y meurt surtout de vieillesse, mais un jour une grange commence à brûler. La routine pour les pompiers, jusqu'à ce que le bâtiment explose, tuant un policier. La grange aurait pu être le spectacle de bombes américaines qui n'aurait pas explosé depuis près de soixante-dix ans, mais la réalité est tout autre : elle servait de cache pour des terroristes. Louise Boni est chargée d'enquêter. C'est là que le roman classique rural devient thriller. C'est là que la petite histoire touche la grande. Parmi les inspecteurs, il y a des descendants d'autres minorités ethniques, des enfants de Yougoslaves qui se souviennent que la guerre a touché leurs compatriotes, que cette guerre s'est déroulé aux frontières de l'Europe.
Louise Boni en s'engageant dans cette enquête va avoir du mal, car des connexions seront complexes et ce d'autant plus que la raison d'État prime. L'incendie d'une grange révèle les collusions entre États, comment les démocraties doivent aussi oublier toute notion de règles pour se protéger. L'explosion de la grange n'est pas uniquement un fait anecdotique, une pierre soulevée pour que les cafards apparaissent à la lumière, elle est aussi et surtout le révélateur des failles de nos systèmes : au cœur de la forêt campent des membres spéciaux des services secrets américains qui n'attendent que le mouvement de ces cafards pour attraper des proies qui seront alors entraînées discrètement vers Guantanamo ou d'autres endroits aussi peu réjouissants. À l'inverse au cœur de nos villes, des associations humanistes se sont peu à peu détournées de leur but et sous couvert d'équilibrer les forces, participent au financement et à l'intendance de groupes terroristes.
Louise, attaquée dans sa chair et au cœur même de son appartement, découvre combien les situations les plus simples se voient devenir compliquées, comment la mondialisation de l'économie et des échanges se traduit aussi par la mondialisation des conflits : une petite grange au fin fond de l'Allemagne rurale, et un pompier volontaire, sont les victimes collatérales de conflits lointains, au Pakistan...
Oliver Bottini, tout en ne négligeant pas ses personnages (l'équipe d'inspecteurs, le chef du groupe "américain", les pompiers au début du roman), jongle constamment, avec finesse, sur les deux niveaux - une base locale solide avec une enquête de terrain classique et les implications internationales, le monde globalisé qui est désormais le nôtre, ses dangers et la morale qu'il devrait impliquer.
Une sombre découverte !

Citation

Une ville horrible, beaucoup trop propre, astiquée comme une petite dame qui fait des simagrées et se croit meilleure que tout le monde.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 30 octobre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page