Thérapie de choc pour bébé mutant

Les yeux étaient clos, gonflés, gros comme des prunes et à peu près de la même couleur, et le nez en bouillie partait en biais.
Sam Reaves - Homicide 69
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Noir

Thérapie de choc pour bébé mutant

Drogue - Terrorisme - Finance - Complot MAJ mercredi 29 octobre 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Jerry Stahl
Happy Mutant Baby Pills - 2013
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Alexis G. Nolent
Paris : Rivages, septembre 2014
300 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-2885-7
Coll. "Thriller"

Chimie douce ou chimie dure ?

Depuis quelques années le débat fait rage dans nos pays pour essayer de différencier les drogues dures des douces, les drogues illicites des légales. Et les intervenants de se lancer dans la liste impressionnante de nos addictions : café, chocolat, etc.
Lloyd, lui, a choisi, son camp et est un "vrai" drogué, habitué aux piqûres et aux cures de désintoxication. Mais comme il veut être écrivain et qu'il passe son temps à citer Burroughs (William pas Edgard), c'est pour lui, plus une façon de vivre qu'un vice. Son addiction lui pose d'ailleurs quelques soucis (ou alors son manque de talent, allez savoir), et son travail d'écriture se concentre sur des petits travaux : rédaction des fiches pour accompagner les médicaments, voire conseils pour mariages chrétiens sur des sites de rencontre. Sa vie va changer avec la rencontre de Nora. Tout d'abord, parce qu'il va tuer pour elle, ensuite parce que cette jeune fille a un grand projet pour détruire l'industrie agro-alimentaire américaine.
Le roman est écrit à la première personne et se nourrit de la culture américaine, d'où de multiples références en bas de page sur des personnages politiques ou des médias plus ou moins connus du public français. Surtout, il multiplie l'ironie : le meurtre est raconté en quelques lignes comme un événement anodin ; les prises de drogue sont décrites comme des éléments aussi naturels que d'ouvrir une porte et la mise en scène du monde du travail évoquée avec finesse et humour. Visiblement, la seule fois où est décrit un vol pour se procurer de la drogue, Lloyd se fait arrêter par les policiers qui sont tous contents de lui confisquer son butin peut-être bien pour leur propre consommation.
Face à à cet homme raté et junkie, Jerry Stahl présente avec soin, minutie et drôlerie, le personnage d'une jeune femme, prise de folie douce et dont le plan pour ridiculiser le monde des affaires est particulièrement déjanté. Même si le roman s'éloigne des canons du genre - la drogue n'est pas stigmatisée mais développée comme un plaisir normal ; les scènes de genre sont présentes (cambriolages, meurtres, prise de drogue...) mais évacuées comme des éléments normaux du décor américain -, le texte raconte un amour pur, hors norme, et une façon de faire du militantisme particulièrement étrange. Thérapie de choc pour bébé mutant est une façon d'expliquer que dans ce monde étrange et cynique, capitaliste et sauvage, l'une des sauvegardes possibles est alors de vivre dans son propre monde, sans se soucier de rien.

Citation

Nous prenions toujours de l'héroïne, mais dorénavant, nous la fumions, ce qui était plus écolo.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 29 octobre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page