Le Chasseur de lucioles

J'ai toujours été très méfiant à l'égard de n'importe quel connard, qu'il s'appelle Adolphe ou Aristote, qui déclare que Dieu est de son côté, que certaines races sont supérieures aux autres, ou que les gens doivent être opprimés ou endoctrinés pour le bien de la société.
Samuel Fuller - Un troisième visage
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 19 novembre

Contenu

Roman - Policier

Le Chasseur de lucioles

Ethnologique - Tueur en série - Urbain MAJ mercredi 15 octobre 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 5,3 €

Janis Otsiémi
Paris : Pocket, avril 2014
208 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-266-23651-5
Coll. "Thriller", 15538

Monde moderne africain

Pendant longtemps, on a pensé l'Afrique de manière intemporelle, comme coincée dans son passé, à l'écart de la mondialisation. Pourtant, outre que le continent est le lieu de convoitises et de luttes intensives des pays développés, et des attentions soutenues de la Chine, les spécialistes prévoient que l'économie va décoller dans les années à venir. Le roman de Janis Otsiémi joue de ces deux aspects. D'un côté, la tradition apparait : magouilles et corruption des hommes politiques et des fonctionnaires, vie au jour le jour des petites gens, époux ayant une deuxième épouse qu'ils entretiennent en secret (mais il faut payer la famille de la première si cela se sait)... Cette tradition sert de base à la description colorée, rendue par un style et l'introduction d'un vocabulaire riche et inventif de la vie quotidienne des policiers et des truands qui constituent le cadre du texte. De l'autre, la modernité : des criminels qui se déplacent au gré des frontières poreuses, qui se cachent dans les bidonvilles et achètent des armes de nouvelle génération et des véhicules ultramodernes pour adapter les hold-up des films américains à la réalité des villes africaines, l'arrivée d'un tueur en série dans les quartiers chauds de la capitale, Les Lucioles étant un surnom possible des prostituées.
Le Chasseur de lucioles s'inscrit dans une série autour de policiers et des enquêtes qu'ils mènent, de manière plus ou moins efficace, avec beaucoup de système D., de petits arrangements avec le système, et en utilisant de manière qui semble extrêmement naturelle la violence pour obtenir des aveux. L'intrigue s'éclate donc entre les différents protagonistes, criminels comme force de l'ordre, et les enquêtes diverses qui se croisent, sans forcément se recouper. Transposition intelligente et vivante de la saga de Ed McBain, à l'échelle de Libreville, le récit éclaté et en mosaïque dresse le portrait un peu désabusé mais jamais manichéen d'une ville et d'un pays, de la situation actuelle dans un État africain, de manière claire, vivante et bien plus digeste que de longs rapports officiels. Comme dans le 87e District, les rapports humains sont crédibles, les personnages sont de chair et d'os, l'intrigue est classique et solide, le résultat probant.

Citation

Le vrai tueur en série dans ce pays, c'est le régime qui nous opprime depuis plus d'un quart de siècle.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 13 octobre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page