Les Vipères sonnent

Les phases historiques, c'est le barillet de mon revolver qui en décide.
Valerio Evangelisti - Anthracite
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 26 septembre

Contenu

Roman - Policier

Les Vipères sonnent

Humoristique - Hard boiled MAJ dimanche 21 septembre 2014

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Joëlle-Étienne
Marcinelle : Le Basson, mai 2014
180 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-930582-12-2

Privés... de tout

Il peut arriver que l'on se rende à une fête. À peine arrivé, on est bien accueilli, on s'installe, on prend un verre (à la différence d'un des deux personnages de ce roman pour qui la bouteille semble être l'unité de base de toute consommation). Pourtant, au bout d'un moment, alors que la musique est correcte, que les amuse-gueules sont là, l'on sent bien qu'on est de trop, que quoi qu'il se passe, on va se retrouver exclu de la fiesta. C'est un peu la même chose avec ce livre : visiblement, les deux auteurs qui écrivent sous le nom de Joël-Étienne se sont amusés comme des gamins en se renvoyant les chapitres comme autant de balles, à présenter deux personnages qui sont fous d'amour l'un pour l'autre mais qui ne le disant pas semblent se détester. Au départ, détectives privés au sein de l'agence Bêta du Scorpion chargés d'affaires plus ou moins glauques (la disparation de viande dans une boucherie par exemple), Antartica la Mitée et Fuck du Brouillard ont la chance de dégoter une affaire qui promet : le cadavre d'un homme nu, vêtu de ses seuls chaussures jaunes, retrouvé dans une poubelle, après avoir été castré. Mais, entre des lettres anonymes, une veuve éplorée, son frère aux idées saugrenues, un mort aux mœurs multiples, une concierge, quelques travestis, des wagons d'alcool, des gueules de bois... on apprendra surtout que les deux détectives se sont rencontrés en voulant acheter le même exemplaire d'une revue ! Le mort s'appelant Personne (d'où le jeu de mots du titre), la réponse est évidement j'ai tué personne ! De même la quatrième de couverture, prise au premier degré (mais y en a-t-il un autre ?) devrait dissuader les acheteurs éventuels. C'est assez rare pour être signalé.

Citation

Fuck griffonna l'adresse sur le dos de sa main, le téléphone au poignet et la somme reçue sur l'avant-bras.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 11 septembre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page