Drôle de tram

Une poigne invisible continue de serrer son estomac. Il a maculé le tapis préféré d'Isa. Un souvenir de famille, fabriqué à la main avec de la laine de mouton dans la casbah d'Alger. Il éructe, crache et finit par rugir, à genoux au-dessus du vomi qui parsème d'îlots nauséabonds la pièce artisanale.
Denis Zott - La Chute du Cafard
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 14 décembre

Contenu

Nouvelle - Noir

Drôle de tram

Social - Road Movie MAJ mardi 08 juillet 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 0 €

Jean-Bernard Pouy
Toulouse : Tisséo, avril 2014
32 p. ; 15 x 10 cm
Coll. "Polar"

Ville rose, vie noire

Entre Blagnac et Toulouse, sur la ligne T1 du tramway, un contrôleur aérien retrace le parcours de sa vie et ressasse des idées morbides, mortifères et culturelles à mesure que les stations défilent comme autant d'étapes de sa vie. Cet homme va non pas à l'aéroport mais à la gare prendre un TGV qui l'amènera à Paris au chevet de sa mère foudroyée par une "grise cardiaque" comme l'a écrit sa sœur dans un SMS. Cette jolie nouvelle permet à Jean-Bernard Pouy de faire du Jean-Bernard Pouy avec maîtrise, délice et pilotage semi-automatique. On se rend compte du sérieux de la chose quand on referme le petit livret et que l'on se doit de constater que le romancier, adepte des formes courtes, ne nous a pas gratifié d'une de ses nombreuses blagues Carambar dont il cultive le secret et le mauvais goût en guise de remplissage. En lieu et place, il joue avec le double-sens des mots, y va de ses allitérations et de ses homonymies, s'attarde sur le langage bizarre amené par les technologies qui font que nos pouces peu à peu évoluent. Surtout, il dresse un portrait de la population de ce tram. À peine vingt-cinq pages mais tout un univers se met en branle. Autour de lui gravitent nombre de personnages du cinéma (s'il est question du très joli film Les Vikings, le titre de la nouvelle fait aussi référence à un non moins joli film de Marcel Carné) et de la littérature (ah ! Madame Bovary) critiqués et/ou décrits avec la faconde habituelle. Jean-Bernard Pouy aime le contre-pied culturel. C'est sa manière à lui de nous distiller la désacralisation de la culture. Alors l'ensemble prend corps et devient plaisant à lire le temps d'un voyage en tramway et se referme en s'ouvrant sur d'autres horizons moins noirs, moins gris mais sûrement pas roses (comme la ville). Une belle réussite, première pierre à un joli projet dirigé par Patrick Raynal.

Citation

Quand je me suis assis, dans le sens de la marche, près des grandes fenêtres, la lumière du petit matin, pourtant printanière, avait la même teinte pastel que les halls de transit d'aéroport et aussi celles d'attente de crématoriums.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 08 juillet 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page