L'Envol des Faucons

Dans la serre qui abritait autrefois les plantations de l'abbaye et un petit élevage de bétail, des dizaines de moines morts pendaient au bout de cordes élimées.
Matt Verdier - Corpus Prophetae
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Thriller

L'Envol des Faucons

Terrorisme - Finance - Complot - Prise d'otage MAJ jeudi 31 juillet 2014

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Marc Zellweger
Paris : Eaux troubles, avril 2014
340 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2839913526
Coll. "Thriller"

Ben Laden s'englue dans la fondue

La Suisse est un pays neutre et pourtant elle est engagée du côté du bloc occidental. Cela n'étonnera donc personne si ses ressortissants de par le monde sont sujets eux aussi à des prises d'otages. À la question du comment faire pour les aider, la seule réponse semble être de créer un organisme indépendant, petit et discret, chargé de trouver des solutions non-diplomatiques lorsque les besoins essentiels de la Suisse sont en jeu. C'est le postulat de base de Mark Zellweger pour son intrigue.
Aujourd'hui, le plus dangereux des adversaires est forcément le monde musulman et ses dérives terroristes. Aussi, lorsqu'un banquier suisse est soupçonné d'être le prête-nom d'un groupe qui utilise des technologies informatiques de pointe pour mener ses attentats terroristes, le service secret officieux helvète est chargé d'intervenir. Pour ce faire, des membres de ce groupe sont envoyés dans les Émirats Arabes Unis où les responsables du pays jouent peut-être un double jeu : atout, reflet et vitrine de l'Occident, ils sont en sous-main les bailleurs de fonds des mouvements terroristes.
Thriller qui respecte les lois du genre, L'Envol des Faucons met en place un groupe de mercenaires forts et intelligents, aidés d'espionnes sexy qui peuvent tirer les vers du nez des sultans les plus rétifs. Face à eux, des méchants caricaturaux qui remettent ad vitam aeternam les discours de la haine de l'Occident et fomentent des plans diaboliques. Il faut rajouter une pincée d'exotisme : les terres brûlantes du désert arabe en parallèle aux villes de l'émirat sous perfusion et aux calmes surannés des lacs suisses. Quant à l'antagonisme entre les différents secrets, il prend ici une tournure autre puisque c'est le fonctionnement même du jeu politique fédéral suisse qui est au cœur des problèmes.
Est-ce la neutralité apparente ? Toujours est-il que l'intrigue se déroule sans accroc, bien huilée, mais sans beaucoup de suspense, ni d'aspérités, en une alternance de chapitres qui virevoltent d'un personnage à l'autre. Cette neutralité se montre également dans un style sans relief où l'on a l'impression que l'auteur, Mark Zellweger, croit réellement à ce paradis suisse, avec quelques hommes politiques intègres, qui doivent sauver le mode de vie helvète contre d'infâmes barbus sanguinaires, comme la rencontre improbable du thriller et des pages glacées de revues people ou royales. Étrange...

Citation

Il avait compris que son pays, très ancré dans une culture arabo-musulmane, avait une certaine inertie. Au lieu de forcer l'allure du développement de son royaume, il réforma celui-ci en douceur.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 08 juillet 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page