Blanche et la bague maudite

Comme à son habitude, Marcus a les épaules basses, le costume froissé, les joues tombantes et l'œil las. Il ressemble au détective blasé d'un film des années cinquante ; les jours de grisaille, on dirait même qu'il est en noir et blanc.
Gipsy Paladini - Vices
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 14 novembre

Contenu

Roman - Policier

Blanche et la bague maudite

Historique - Ésotérique MAJ lundi 30 juin 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

À partir de 12 ans

Prix: 7,7 €

Hervé Jubert
Paris : Rageot, juin 2014
378 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-7002-3891-4
Coll. "Poche"

Miroir aux alouettes

Nous avions quitté Blanche, jeune femme au caractère bien trempé et enquêtrice débutante, au départ de Paris, fuyant les violences de la Commune. 1871, année de troubles politiques, met en effet la capitale à feu et à sang. C'est donc le cœur lourd qu'elle regagne son appartement parisien lorsque les "événements" semblent s'être calmés, constatant la ruine de la ville et la disparition de beaucoup de ses habitants. Parmi eux, son amie Émilienne, emprisonnée... Blanche est accablée et même son nouvel amoureux ne parvient pas à lui rendre le sourire. Ceux qui la connaissent bien sont unanimes : Blanche n'est plus elle-même... Et ils ne pensent pas si bien dire.
Désespérée par la prochaine déportation de sa meilleure amie dans les îles, Blanche perd certains de ses repères et c'est au détriment de sa sécurité qu'elle se jette dans une sorte de chasse aux trésors dont les autres participants sont tous plus redoutables les uns que les autres. Qui est cette Hydre, organisation criminelle aux ramifications tentaculaires, qui fait peser une telle menace sur la jeune enquêtrice et la capitale ? Sans en informer qui que ce soit, elle se lance dans la résolution d'énigmes qui devraient la mener vers une bague disparue et réceptacle de pouvoirs surnaturels ; elle ne mesure pas alors les dangers auxquels elle va s'exposer, et il faudra tout l'amour et l'attachement de ses proches pour l'en sortir. Faux semblants, escroqueries, manipulations, tours de passe-passe et jeux d'influences sont au cœur de ce roman, entrainant le lecteur dans un univers dans lequel les frontières entre la réalité et l'illusion sont bien troubles.
Hervé Jubert, cette fois encore, reconstitue fidèlement le Paris de l'époque, durement touché par la Commune, en faisant le décor d'une intrigue captivante et aux rebondissements constants. Plus que jamais, Blanche vit des aventures passionnantes et est confrontée à des mystères qui menacent de la submerger. L'intrigue est menée à très grande vitesse, sans aucun temps mort. Le lecteur a envie de lui crier de faire attention, de lui indiquer les écueils pour qu'elle les évite, de la réconforter... La preuve s'il en était besoin d'en illustrer l'efficacité. Les personnages principaux et secondaires sont une fois encore attachants et reflètent leur époque : reine des Gitans, saltimbanques de la Cour des Miracles, bourgeois imbus d'eux-mêmes, politiques sans scrupules, petits commerçants... Chacun trouve toute sa place, créant une mosaïque de caractères et de personnalités dont Blanche est la figure centrale.
Blanche s'impose donc bien comme une série de romans historiques de référence, prouvant s'il en était besoin que l'Histoire constitue un terreau fertile pour la littérature jeunesse aussi, si tant est qu'on la prenne au sérieux.

NdR - L'ouvrage est précédemment paru sous le titre : Blanche et l'œil du grand khan.

Citation

Blanche aurait tout donné pour rebrousser chemin, tirer un trait sur ses velléités d'enquête, réapprendre l'air libre et la vie de tous les jours.

Rédacteur: Catherine Thiéry lundi 30 juin 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page