La Briscola à cinq

Tu sens le devoir à plein nez, tout comme les gars au front.
Lewis Allen - Je dois tuer
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 19 septembre

Contenu

Roman - Policier

La Briscola à cinq

Humoristique - Assassinat MAJ lundi 23 juin 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 6,6 €

Marco Malvaldi
La Briscola in cinque - 2007
Traduit de l'italien par Nathalie Bauer
Paris : 10-18, juin 2014
168 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-06185-0
Coll. "Grands détectives", 4866

Une nouvelle série attractive.

Marco Malvaldi s'est déjà fait connaître en France avec Le Mystère de Roccapendente (10-18 n° 4687) où il mêle, à une enquête criminelle, un éminent gastronome auteur d'un livre fameux sur la cuisine dans les années 1890.

Un jeune étudiant, après une nuit bien arrosée, découvre le cadavre d'une jeune fille dans une poubelle. Pour avertir la police, il se rend dans le bar le plus proche. Le policier de permanence raccroche, pensant à une farce, quand il entend la diction pâteuse et embrouillée. Massimo, le patron et barman du BarLume, accompagne le garçon sur les lieux et constate la réalité de ses affirmations. Dix minutes plus tard la police est là. Walter Carli, le médecin légiste, et Vinicio Fusco, "L'Illustrissime Commissaire", arrivent rapidement.
L'événement bouleverse le quotidien de Massimo et des quatre papys qui passent leur temps au BarLume à jouer aux cartes. Le barman recueille différents témoignages, spontanés ou non, et s'intéresse à l'affaire.
Bien vite, un jeune homme est soupçonné, mais Massimo, se souvenant d'un détail enregistré sur les lieux, disculpe le suspect. Le crime devient alors son affaire et il s'attache à vouloir la résoudre. Aidé par le groupe de "La classe 1949", il va remonter des pistes, se tromper, jusqu'à...

Ce féru de bonne chère propose, avec La Briscola à cinq une série humoristico-culino-policière particulièrement savoureuse. Autour d'une intrigue dans la lignée de celles des Reines du Crime des années 1930-1940, il conçoit une galerie de personnages épatants dans le décor d'une Italie rurale en mutation.
Si l'intrigue est intéressante avec son lot de rebondissements et sa conclusion, donnée à la manière d'un Hercule Poirot toscan, le roman vaut principalement pour la faconde, le ton, l'atmosphère et l'humour que le romancier donne à son histoire.
Il propose un héros d'une trentaine d'années qui cache, sous un dehors fantasque et râleur, un caractère bon enfant. Amoureux de la bonne cuisine italienne, il sert ses clients selon les meilleures alliances de goût, même si ce n'est pas leur demande. L'auteur associe à son héros, un quatuor de retraités dont l'âge va de soixante-quatorze à quatre-vingt-deux ans qui forment une sorte de cœur antique et assistent, depuis leurs chaises, l'enquêteur amateur dans ses recherches. Les relations entre les cinq sont truculentes, faites de ces chamailleries issues des gens qui se fréquentent assidûment et qui s'apprécient. Mais, il "taille des costumes" plus sévères en particulier avec le commissaire qu'il présente comme "susceptible, arrogant... Cet homme est à lui seul un livre de blagues calabraises."

À travers les réflexions, les prises de position, les coups de cœur et coup de gueule de ses personnages, l'auteur s'offre une critique acide, mais ô combien ! pertinente de la société italienne et de son évolution. Cependant, comme cette dernière ressemble beaucoup à la nôtre les critiques formulées s'appliquent parfaitement. Il détaille, par exemple, les portraits de ceux qui assurent la transmission de l'information dans un village avec ses usages, ses règles implicites et ses fondamentaux. Il en profite pour asséner quelques vérités par des réflexions amusantes ou acides.
Avec cet ensemble de données, Marco Malvaldi distille, tout au long de son récit, un humour réjouissant. On rit souvent aux facéties des personnages et on sourit à leurs algarades.

La Briscola à cinq permet de passer un bon moment avec des personnages pittoresques dans une intrigue de bonne facture.

Citation

L'important, quand on cancane, c'est de conserver une façade. Le divulgateur doit exiger le secret absolu, et les membres de l'assistance doivent le lui accorder. Après quoi, ils feront galoper la nouvelle partout.

Rédacteur: Serge Perraud mardi 17 juin 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page