Lasser : mystère en Atlantide

Bref, j'ai rangé la lettre du mieux que j'ai pu dans le tiroir de mon bureau et je me suis juré de commencer une petite enquête qui me permettrait de démontrer que mon père et ma mère aussi que mes deux frères se trompaient complètement
Norma Huidobro - Octobre, un crime
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 24 septembre

Contenu

Roman - Noir

Lasser : mystère en Atlantide

Anticipation - Ésotérique MAJ mercredi 25 juin 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Sylvie Miller & Philippe Ward
Rennes : Critic, avril 2014
338 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 979-10-90648-19-7
Coll. "Fantasy"

En attente des Atlantes

Les plus anciens auront encore le souvenir ému d'une couverture d'un "Blake et Mortimer", montrant des fusées rouges quittant la Terre pour on ne savait trop où. Sans le savoir Edgar P. Jacobs signait-là ce qui serait sans doute le précurseur de la fusion, un courant littéraire mélange des différents genres littéraires, et plus particulièrement des genres populaires, pour créer un univers personnel. Avec Mystère en Atlantide, troisième volet de la saga "Lasser", Sylvie Miller et Philippe Ward, les deux auteurs, s'inscrivent avec brio dans ce mélange harmonieux des genres : un peu de fantasy avec la création d'un univers parallèle où les dieux sont vivants et luttent les uns contre les autres pour contrôler les humains ; de la science-fiction avec les Atlantes, d'anciens extra-terrestres coincés sur Terre et qui essaient de trouver un moyen de repartir ; et une grosse pincée de polar avec le personnage central, un détective privé carburant au whisky et à l'ironie mordante, chargé de retrouver le continent mythique.
Les auteurs savent parsemer leur récit enjoué et rapide de citations et d'allusions bienvenues. C'est ainsi que l'on croise, entre autres, le dieu Neptune qui préfère se déplacer en sous-marin, un appareil qu'il a volé au capitaine Nemo. Il y a aussi des références aux "grands livres" des années 1970 sur l'aventure mystérieuse et le retour sur le linéaire - un disque avec des inscriptions dans une langue inconnue. Autour du personnage central, d'autres plus secondaires s'agitent avec humour : un chat, envoyé des dieux, un djinn, des femmes fatales, des belles voitures et un policier particulièrement obtus dont la seule envie est de frapper le héros.
Le style s'intègre dans cette volonté : mélange d'ironie mordante, de pastiche-hommage, et sait pointer une amitié naissante, un moment d'émotion, une description plus classique ou le développement d'une action. Troisième volet de cette série transgenre, Mystère en Atlantide parvient à conserver toute la saveur, la fraîcheur et l'inventivité des deux précédents pour offrir un mélange goûteux entre les dieux irascibles, un Marlowe désabusé et des seconds couteaux dessinés avec soin.
Comme le personnage-narrateur, on se calfeutre dans son fauteuil, on attrape un whisky et on aimerait bien ne pas être dérangé le temps de la lecture...

Citation

Mais je n'allais pas me formaliser pour si peu : j'avais l'habitude que les dieux me dédaignent. J'ai glissé le bijou dans ma poche.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 02 juin 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page