Penny Dreadful

Les deux inspecteurs se regardèrent un instant, partageant horreur et dégoût, et cette idée qu'au moment où vous pensez avoir tout vu – le pire qu'un homme puisse faire à son prochain – quelque chose d'un peu plus horrible scintille au fond du puits, paré de sa mimique sanglante.
Nick Stone - Voodoo Land
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 14 décembre

Contenu

Film - Thriller

Penny Dreadful

Road Movie - Enlèvement - Horreur-gore MAJ jeudi 29 mai 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 0 €

Shane Atkinson
Penny Dreadful - 2013
Brookline : Rob Cristiano, janvier 2013
couleur ;

Enlèvement gore

Penny Dreadful, c'est l'histoire d'un kidnapping qui tourne mal pour deux raisons essentielles : tout d'abord, parce que comparé à Dennis, l'un des ravisseurs, le plus amateur d'entre nous serait ce qui s'apparente le plus à un professionnel du rapt, et qu'enfin, la petite fille enlevée est une psychopathe en puissance. Les surprises qui découlent de ce postulat que n'aurait pas renié le regretté Donald Westlake sont à la fois improbables et prévisibles. Sauf que sous la direction de Shane Atkinson, les cadres offrent certaines fulgurances et rendent absurdes certaines situations. Mais c'est surtout le jeu de Oona Laurence, qui interprète la petite fille, qui rend ce court métrage particulièrement réussi et savoureux. Elle a à peine dix ans avec ses couettes, son uniforme (très important dans l'intrigue, l'uniforme) et son sac à dos. Ses mimiques associées à sa voix aux tonalités variées la rendent attachantes. Sans compter que le vocabulaire dont elle use crée une rupture dans ce monde burlesque et sauvage. Elle, elle ne veut qu'un hamburger et un milk shake, ses ravisseurs ne veulent que l'argent de la rançon. Seulement, tous sont partis d'un mauvais pied. Effectivement, cette petite fille n'est pas qui elle affirme être, mais s'avèrera une meurtrière en puissance et une blagueuse de première. Son père qui n'est pas son père refuse de donner l'argent de la rançon, et Hyrum, l'homme qui a monté le coup avec Dennis et Randy ("Dis-moi Randy, es-tu stupide ou complètement stupide ?), est un être sanguinaire à qui on ne la fait pas. Et puis au milieu de tout ces gens, se trouve Holly, petite amie de Randy, femme enceinte, qui regrette fortement de ne pas s'être mariée avec un garçon de l'université. Ce petit road movie à étapes surprenantes offre son lot d'hémoglobine sauce gore avec manche de pelle, flingues, essence et briquet sur le mode "Oh, oh...". Une belle réussite malgré quelques astuces scénaristiques galvaudées qui donne à une histoire qui aurait pu être ordinaire (le rapt qui dégénère est somme toute un classique) beaucoup de relief.

Penny Deadfull (18 min.) : scénarisé et réalisé par Shane Atkinson. Avec : Oona Laurence, David H. Stevens, Marnie Schulenburg, Rick Zahn, Richard D. Busser...

Récompenses :
Prix SNCF du polar/Court métrage 2014

Citation

- Mais t'as un problème dans ta tête ?
- J'ai un déséquilibre mental. Et c'est pas poli de demander.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 29 mai 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page