Métamorphose des cendres

Comprendre mes malades requiert de la patience, le même genre de patience que celle nécessaire pour résoudre un puzzle de cinq mille pièces ou disputer une partie d'échecs par correspondance.
Jordan Weisman & J. C. Hutchins - Chambre 507
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 17 novembre

Contenu

Roman - Noir

Métamorphose des cendres

MAJ mardi 27 mai 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8 €

Tito Topin
Paris : Rivages, mai 2014
272 p. ; 19 x 14 cm
ISBN 978-2-7436-2812-3
Coll. "Noir", 959

Cendres dansantes

Avec un véritable souffle humoristique, Tito Topin nous embarque dans cette Métamorphose des cendres, roman jubilatoire s'il en est. L'histoire, si on la prend à sa racine, est simple et sombre à souhaits : un homme qui a abattu de sang-froid un ministre parti sur les lieux d'un accident nucléaire a dorénavant un contrat sur sa tête. Et celui qui doit se charger de l'éliminer n'est autre que son père... qu'il n'a jamais vu. S'y ajoute le fait que tous deux sont atteints de valvulopathie et se nourrissent au Xanax (ceci expliquant cela et surtout l'abandon paternel). Mais plutôt que de prendre l'autoroute Jean-Patrick Manchette, Tito Topin choisit de s'engouffrer dans les petits sentiers lumineux de Donald Westlake. Le scénario devient particulièrement foutraque et s'orne d'absurde et d'humour juif pour amorcer la pompe à la manipulation politique. Car il y a derrière toute cette histoire un président de la République omniprésent qui ne songe qu'aux Unes des principaux médias, et qui joue avec les actualités, les faisant rebondir à son gré alors que la France est au bord de l'embrasement. Plusieurs personnages vont se croiser, se confronter et se fuir dans une vaste et presque mondiale chasse à un trésor représenté par l'urne funéraire d'un ministre au nom à faire tapisserie, Mocquette. La bêtise, qui depuis ses débuts n'a cessé d'être universelle, est ici l'apanage des grands de la France du simple président au plus terrible policier. Et le commissaire Sardi, époux d'une femme en fauteuil roulant qui fume clope sur clope et n'en manque pas une pour le rabrouer, doit faire avec les exigences politiques pour retrouver et tenir à distance un tueur, un gang kidnappeur de cendres et des jeunes idéalistes du VPBD, Vox Populi, Bordel Dei, qui bloquent les principales artères en abandonnant des véhicules semant la pagaïe. À partir du moment où une demande de rançon sera sur le tapis (de Mocquette), les prétendants à l'arnaque seront nombreux. Le roman prendra des tournures d'Aztèques dansants, le roman trublion de Donald Westlake, surtout lorsque l'argent sera dument mis dans une valise à roulettes. Mais, entre-temps, le lecteur aura pu travailler ses zygomatiques dans un avion en route pour Israël ou dans un rade obscur parisien tenu par une drôle de gérante excellemment décrite. Roman après roman, Tito Topin confirme l'auteur aux multiples palettes et facettes qu'il est. Ses phrases sont délicieuses, il jongle avec les mots et s'amuse de leur sens et de leur sonorité pour aboutir à un court roman peu qualifiable mais jouissif...

Citation

Les truands, un jour ou l'autre, finissent toujours par se faire prendre et ils te balancent aux collègues. Pas les flics. Les flics sont prudents, ils ont l'esprit fonctionnaire, ils pensent à leur retraite.

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 21 mai 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page