Hammett

Il existe une grande différence entre croire qu'un fait est vrai et recevoir l'assurance de sa véracité accompagnées de toutes les garanties les plus officielles.
Margery Allingham - Les Mystères du West End et autres aventures d'Albert Campion
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 21 juillet

Contenu

Roman - Noir

Hammett

Hard boiled - Enquête littéraire MAJ mardi 23 juin 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,6 €

Joe Gores
Hammett - 1975
Traduit de l'anglais (États-Unis) par France-Marie Watkins, revu et complété par Pierre Bertin, Jean Esch
Paris : Folio, mai 2009
392 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-039676-4
Coll. "Policier", 550

Joe Gores et Dashiell Hammett : deux privés à San Francisco

Dans le cas de Dashiell Hammett, est-ce le romancier qui a fait le détective ou le détective qui a fait le romancier ? Cette question mêlant œuf et poule, Joe Gores y donne une réponse comme toujours dans ce cas ambiguë. Dans son roman Hammett, sous-titré "Une enquête du privé Dashiell Hammett", nous suivons les pas du romancier redevenu détective par la force des choses, et voyageons de romans en romans, de nouvelles en nouvelles. Car Hammett est une somme des textes de Hammett à la sauce Gores. Tout débute lorsqu'un ancien camarade de jeu de l'agence Pinkerton presse Hammett de l'aider à nettoyer la ville de San Francisco avec l'appui des notables de la ville ; que ce même camarade est passé à la batte de base ball, transformant l'un en bouillie et l'autre en justicier repentant et alcoolique. Hammett enquête, refuse de coucher avec Blondie, sa voisine de palier qui réceptionne ses communications téléphoniques, souffre de son foyer détruit, et ne sait plus trop s'il doit vivre ou mourir. Il enquête comme dans ses livres, et prend des notes pour ceux qu'il est en train d'écrire. Le début est à l'instar du Faucon de Malte. Hammett se sent responsable de la mort de son associé. Il sombre dans la déchéance. La suite ressemble furieusement à Moisson rouge. Démarrage poussif (pas comme dans Moisson rouge). Il faut passer les trente premières pages. Accepter un Hammett forcément pas comme on veut. Puis l'alchimie prend. Sur fond de tromperie évidemment. Hammett n'est pas Sam Spade, son héros. Hammett est Hammett. C'est tout ce qu'on demande.

Citation

Il clignait des yeux de myope derrière des lunettes épaisses comme des culs de bouteille, c'était un prêteur sur gages et l'un des plus redoutables joueurs de poker amateurs de toute la ville. Il avait tué deux joueurs dont Hammett connaissait les pedigrees.

Rédacteur: Julien Védrenne vendredi 19 juin 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page