Bison Ravi et le scorpion rouge

Dieu a créé l'homme. Et la femme en dispose
Duccio Tessari - Mort ou vif... de préférence mort
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 15 novembre

Contenu

Roman - Insolite

Bison Ravi et le scorpion rouge

Enquête littéraire MAJ mardi 16 juin 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5


Réédition

Public connaisseur

Prix: 10 €

François Darnaudet
Perpignan : Mare nostrum, mai 2009
116 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-908476-78-1

A Hangover Like Seven Swedes

Avis aux non-amateurs de Boris Vian, alias Sullivan, Bison Ravi (ou pas), et de Jean Forton et compères, ce livre n'est pas forcément pour vous. Pour les autres, nombreux, qui n'ont pas la culture littéraire du monde vianesque et parisien ou bordelais : accrochez-vous... Si ce monde-là ne vous parle pas, sans doute gardez-vous d'être perplexe. This being said, on peut se lancer, à croche-cœur ouvert (allons-y, puisque nous y sommes) l'esprit vagabondant entre les souvenirs de nos lectures et les indices semés par François Darnaudet... Jean Gurils, Gil Sarjeun ou Julien Gras, plus tard rebaptisé Bornon Sullivian, libraire de son état et collectionneur de vieux ouvrages-vingtième-siècle, cherche deux livres, inédits, arlésiens (?), secrets, introuvés, avortés (?), sous la menace de gros bras émotifs, de lettres, casseurs, desdits Vian et Forton, chez Scorpion Publishers Incorporate. Sans trop penser pour ne pas mal agir, Julien ferme sa librairie et part en quête. Au fur et à mesure de ses rencontres avec ses camarades bouquinistes du bord de Seine, à coup de coïncidences qui font, forcément, avancer l'intrigue, de voyages en train Paris-Bordeaux (même si cela implique de passer par Montparnasse), le libraire parisien s'approche du butin, sous l'œil fin et stachmoussu du Major clope-au-bec... pourtant décédé. Mais "mon cher Boris", si tu t'y trouves, dis-le-nous, et n'oublie pas, surtout, de nous offrir d'un coup de trompinette, l'allure de l'aventure. C'est le temps des cerises, pas de la méprise.


On en parle : La Tête en noir n°139

Nominations :
Prix Virtuel du Polar 2009

Citation

Une biographie a toujours tendance à déballer les sales histoires d'une vie.

Rédacteur: Miriam Perier mardi 16 juin 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page