Trafiquante

Il se tordit sur le sol, faisant de son corps une cible mobile, et la fille essaya de le viser avec maladresse. Il roula sur le ventre, brandit son semi-automatique et l'abattit aussitôt en trois coups.
C.J. Box - Trois semaines pour un adieu
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 21 juillet

Contenu

Roman -

Trafiquante

Terrorisme - Trafic MAJ mercredi 23 avril 2014

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,5 €

Eva Maria Staal
Probeer het mortuarium - 2007
Traduit du néerlandais par Yvonne Pétrequin
Paris : Le Masque, mars 2014
284 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-7024-3935-7
Coll. "Grands formats"

Profession : trafiquante

La structure du roman de la Néerlandaise Eva Maria Staal est très classique avec son lot de chapitres qui racontent la vie de l'héroïne aujourd'hui et, en alternance, d'autres qui reviennent de manière chronologique sur son passé. Aujourd'hui, Eva Maria (comme son auteur...) est une mère de famille normale, un peu dépassée par les événements, mais également une jeune fille un peu chahuteuse. Hier, Eva Maria était une executive woman chargée d'assister un trafiquant d'armes dans ses missions commerciales.
Annoncé comme (en partie) autobiographique, le roman va décrire différentes missions sur plusieurs points chauds de la planète, sur les relations tendues qu'elle entretient avec son patron et surtout l'amant possessif et arriviste de celui-ci. Des missions factuelles, ponctuelles, décrites sans forcément qu'on en comprennent bien les tenants et aboutissants, détaillées mais ponctuées de non-dits et de scènes rudes. Le plus souvent cela ressemble à n'importe quelle activité professionnelle avec des "représentants" qui se retrouvent, se partagent les marchés. Jusqu'au jour où la narratrice est confrontée à une mission qui dépasse ses capacités morales.
L'autre partie est plus factuelle, encore, et développe la vie quotidienne d'une mère de famille, qui, suite à un petit souci scolaire, se retrouve rattrapée par le passé. Le style reste là aussi extrêmement sobre et ce retour du passé n'est pas le lieu de violence ou de montée de tension mais le simple état des lieux d'une ménagère, engluée dans les taches classiques.
Le style neutre et l'absence d'aspérités, de moments de tension intenses (à de rares scènes exceptées : tentative de se débarrasser d'un concurrent, corruption où il faut payer de sa personne) et une construction bancale - qu'est-ce qui est le plus important : les ventes d'armes, la vie quotidienne sans remords ou la relation psychologique entre le patron et son assistante ? - font de Trafiquante un roman très étrange au statut incertain : mémoires légèrement romancées, roman pour se dédouaner de son passé (en tout cas, même dans les ruines de villes on ne sent pas beaucoup d'empathie pour la souffrance), façon pour l'auteur de "nettoyer" sa vie... Seul le côté quotidien, banal du commerce des armes - car ce sont plus des commerciaux en déplacement que d'horribles trafiquants passant clandestinement les frontières, à l'instar de Lord of war, un film qui apparait aujourd'hui déjà ancien au regard de l'évolution de notre monde -, peut attirer l'attention d'un lecteur indulgent.

Citation

Les M22, des Kalachnikovs chinoises. Elles sont moins chères que les authentiques AK-47 mais tout aussi fiables.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 14 avril 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page