Fils de Sam

Il ne pouvait éluder la vérité : il se comportait comme un lâche parce qu'il voulait se protéger, protéger sa carrière et un mariage mort depuis vingt ans.
Zoë Ferraris - Clandestines
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 23 septembre

Contenu

Essai - Thriller

Fils de Sam

Social - Tueur en série MAJ jeudi 06 mars 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Michaël Mention
Préface de Stéphane Bourgoin
Paris : Ring, janvier 2014
384 p. ; illustrations en noir & blanc ; 22 x 14 cm
ISBN 979-10-91447-15-7

Liaisons dangereuses pour lésions dangereuses

Qu'est-ce qu'un tueur en série, sinon un fantasme accompagné d'un réceptacle de nos propres désirs ? C'est autour de cette interrogation que pourrait se construire le "roman" de non fiction de Michaël Mention. Le terme roman est entre guillemets car le roman se décompose dans le style qui fit florès avec le nouveau journalisme : l'auteur alterne des chapitres où il se place dans la tête du tueur et raconte à la première personne ses crimes divers, et des chapitres où il éclaire son propos de diverses façons (en ajoutant des photos et des cartes qui renforcent le côté documentaire de son travail).
La partie narrative présente l'itinéraire classique d'un tueur : enfance difficile, petits délits restés impunis, volonté pyromane, assassinats divers, manque d'empathie jusqu'à une forme de rédemption en prison. La "folie" du personnage qui discute avec un démon installé à côté de lui dans une voiture renforce à la fois le côté documentaire et l'intrigue. Elle montre aussi comment l'enquête cafouille et comment il aurait pu être arrêté bien plus tôt. Elle se permet même de l'humour lorsque le tueur se trouve coincé dans une émeute urbaine et ne supporte pas la violence gratuite des autres...
Les autres chapitres se divisent en deux parties distinctes mais qui s'imbriquent avec soin : une tentative de reconstituer l'époque et qui montre avec brio comment le tueur est aussi le reflet de son époque et des fantasmes de la société car il tue des couples dans des voitures comme pour masquer sa propre défaillance sexuelle d'une période ouverte à toute aventure charnelle ; il veut purifier le monde qui va à vau-l'eau et fait ainsi référence à Taxi driver, son modèle ; il introduit du chaos dans une période où l'on flingue des présidents et où la guerre du Vietnam laisse encore ses traces. Cinéma également avec Polanski et sa procréation antéchristique. Michaël Mention montre le moment où, dans la lignée de la contre-culture, les Américains commencent à développer les groupes satanistes, comme autant de religions alternatives, où l'on sacrifie des chiens, où l'on se livre à des activités pédophiles sous couvert de sanctification. Il évoque les liens étranges entre l'armée, la CIA et ces groupes, comme si l'on profitait de l'occasion pour tester des drogues et des méthodes de contrôle.
Les trois parties se répondent et créent un portrait de l'Amérique, plein de doutes : le tueur a-t-il agi seul ? Est-il influencé par une secte ? Sous contrôle militaire ? Partie prenante d'une théorie sataniste ? Lié à des groupes qui cherchent à déstabiliser la société pour mieux la contrôler, comme furent utilisés les groupuscules politiques en Europe ? Des pistes que Michaël Mention se garde bien de conclure pour offrir une nouvelle dimension fantasmatique : le tueur en série comme faisant partie du complot masqué qui gouverne le monde.

Citation

J'ai beau sourire sur les photos, le malaise était déjà mon 'ami pour la vie'.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 06 mars 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page