Le Déserteur de Fort Alamo

C'est une simple histoire d'amour entre un garçon et une fille qui n'a rien à voir avec les problèmes raciaux, ni avec la politique, ni avec l'Éducation nationale, nom de Dieu...
Donald Westlake - Envoyez les couleurs
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 21 juillet

Contenu

DVD - Western

Le Déserteur de Fort Alamo

Vengeance - Guerre - Gang MAJ mercredi 05 février 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 11,49 €

Budd Boetticher
The Man From the Alamo - 1953
Paris : Universal, juillet 2003
1 DVD VOST/VF Zone 2 ; couleur ; 19 x 14 cm
Coll. "Western"

L'incompris errant

La bataille de Fort Alamo à laquelle a participé Davy Crockett a été l'objet de nombreux films et légendes. Le tueur d'ours du Tennessee y a laissé sa vie après l'assaut sanglant mené par le général mexicain Santa Anna. Si aucun des cent quatre-vingts (environ) Texians commandés par le colonel Travis n'a survécu, leur sacrifice n'aura pas été vain, puisqu'il aura permis au général Sam Houston de lever des troupes suffisamment en nombre pour combattre et assurer l'indépendance de la République du Texas. Réalisateur toujours intéressant, Budd Boetticher ne s'attarde pas sur le siège en lui-même malgré quelques jolis effets spéciaux à base d'explosifs, ni sur le personnage de Davy Crockett, il fait également l'impasse sur la bataille, qui sera relatée plus tard de bouche à oreille dans une ville aux abois. Non, il met en scène Johnny Stroud, l'un des défenseurs de la mission Alamo, qui a été tiré au sort pour aller porter en vain secours à sa famille et à cinq autres. Mais ce fait ne sera connu que de lui-même, et il passera pour un déserteur et un pleutre, sera même emprisonné, et n'échappera que de peu à un lynchage. Johnny Stroud c'est avant tout Glenn Ford, un homme fier et abattu par le massacre de sa famille par des Texans aux ordres des Mexicains. Il n'aura de cesse de se venger mais devra également affronter la colère de ses concitoyens promptes à juger sans comprendre avec cette morgue propre aux absents qui idéalisent leur vie. Stroud va donc s'enfuir d'une ville désertée et rejoindre la bande dont il a juré de se venger. Mais cette dernière s'apprête à attaquer et piller un convoi mené par un manchot qui héberge la seule femme à même de le comprendre (la radieuse, pragmatique et courageuse Julie Andrews) ainsi qu'un enfant mexicain qui le considère comme son père. Le scénario, très linéaire repose avant tout sur un quiproquo et sur la fierté d'un homme qui s'estime incompris et ne cherche pas à se faire comprendre. Par une habile transposition - l'absurdité d'ordres reçus -, il met en avant la double interprétation (positive et négative) d'un acte. Sa vengeance à peine assouvie et son honneur retrouvé, Stroud repartira sur les champs de bataille telle une figure classique du genre, laissant derrière lui une femme et un enfant qui l'attendent et l'espèrent. Surement pas un film incontournable, mais une honnête curiosité.

Le Déserteur de Fort Alamo (79 min.) : réalisé par Budd Boetticher sur un scénario de Steve Fisher et D. D. Beauchamp, d'après l'histoire de Niven Busch et Oliver Crawford. Avec : Glenn Ford, Julie Adams, Chill Wills, Hugh O'Brian, Victor Jory, Neville Brand...

Illustration intérieure

Glenn Ford tente de convaincre celui qu'il veut tuer qu'il est de son côté...


Citation

Il faut être bête pour insister quand on n'a aucune chance.

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 05 février 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page