Ceux qui se cachent

Poincaré avait parfois l'impression d'être un chirurgien boucher, payé pour extraire des éclats d'obus sans anesthésie.
Leonard J. Rosen - La Théorie du chaos
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 14 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Ceux qui se cachent

Vengeance - Complot MAJ lundi 06 janvier 2014

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8,2 €

Carlene Thompson
You Can Run - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Dominique Letellier
Paris : Folio, octobre 2013
520 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-044969-9
Coll. "Policier", 709

Le destin vous rattrape toujours

Carlene Thompson nous a habitué à ce genre de thriller : un petit nombre de personnages, des non-dits, des familles où les problèmes d'argent ne se posent pas forcément, une violence plus familiale et diffuse, psychologique, voire psychanalytique que née des sombres forces du crime mafieux. L'intrigu justemente tourne autour de Diana, une jeune femme qui vit tranquillement avec son oncle, un ancien professeur d'université. La secrétaire du professeur, Penny, est devenue une amie. Un soir Diana se rend chez elle lorsque sa maison explose. On peut sauver, Willow, sa fille, mais Penny se retrouve entre la vie et la mort à l'hôpital. C'est alors qu'intervient la "famille" de Penny : son mari que personne ne connaissait, un riche promoteur, sa sœur et son beau-frère. Les trois personnages sont étranges. Le mari a une réputation d'homme sanguin et colérique (il est soupçonné d'avoir poussé sa première femme par la fenêtre et d'avoir collaboré à la mort de son père), quant à sa sœur, elle est lunatique et obsédée par l'idée d'être trompée. Mais un autre acteur est intervenu en la personne du jeune Tyler, celui qui a sauvé Willow et qui depuis semble se trouver toujours au bon endroit, au bon moment...
Le titre anglais fait référence au fait de fuir, même si peut-être cela ne fonctionnera pas car You Can Run se traduit par "Tu peux (toujours) courir". À l'inverse, le titre français lui, évoque plutôt l'idée de se cacher. Dans les deux cas, nous sommes, de toute façon, face à une grande menace. Et d'habitude dans ce genre de thriller intimiste, Carlene Thompson, excelle et glisse les ingrédients nécessaires du genre - un conflit familial fort, des secrets de famille, un enfant qu'il faut protéger, un beau ténébreux, une histoire d'amour naissante... Mais accumuler les éléments nécessaires ne suffit pas toujours. Bref : on a connu l'auteur plus inspirée. Ici, l'intrigue est un peu poussive, les personnages se perdent dans les allers-retours entre l'hôpital, l'hôtel et leur maison. La résolution finale, dans la pure tradition agatha christienne avec le coupable qui annonce tout son plan machiavélique, est aussi légère qu'un gâteau à la crème alsacien. Certes, Carlene Thompson fait le boulot, et l'histoire se laisse lire en maintenant une envie presque constante d'aller au bout de son intrigue, mais sans grand frisson, sans grande passion, comme un produit de consommation courante alors qu'on attend un repas de fête.

Citation

Son regard plein d'effroi courut jusqu'à maman qui ne bougeait pas, allongée là, dans la piscine, alors que le feu dévorant rampait sur elle.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 27 décembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page