Trouver la faille

Nous sommes des clones d'un genre particulier. Il n'y en aura toujours qu'un seul à la fois, mais on en créera autant qu'on en éliminera. Pense à moi comme une sorte de mauvaise herbe particulièrement vivace et tu seras encore en dessous de la vérité !
Yal Ayerdhal - Le Cycle de Cybione
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Trouver la faille

Braquage/Cambriolage - Gang MAJ mardi 10 décembre 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Dave Zeltserman
Outsourced - 2010
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Aldéric Gianoly
Paris : Rivages, octobre 2013
334 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-2624-2
Coll. "Thriller"

De Charybde en Scylla

Au départ, tout est simple : Dan et sa femme travaillent, remboursent l'emprunt pour leur maison et vivent tranquillement. Mais des Indiens, à l'autre bout du monde, sont plus compétitifs qu'eux. Dan est alors licencié de son travail d'informaticien mais, avant de clôre tous ses dossiers, il découvre que les Indiens ont commis une petite erreur dans le logiciel conçu pour la protection d'une banque. Dan a une idée pas si saugrenue qu'il y parait : profiter de ce petit couac informatique pour attaquer la banque. Son plan est simple mais bien évidemment rien ne se passera comme prévu...
Le roman est une longue parabole : se croire fort et assuré de l'avenir n'est qu'un leurre. On peut toujours dresser des plans sur la comète, il y a toujours un petit détail qui fera tout foirer. Un bon travail, une femme aimante, l'argent qui tombe, tout cela peut s'écrouler en un tour de main. De même, on concocte un plan parfait pour attaquer une banque, mais une simple main aux fesses peut transformer un aussi simple transfert de fonds d'une banque vers les voleurs en une farandole de coups de feu et de cadavres ensanglantés - car pour masquer leur coup, les voleurs ont décidé de se maquiller en mafieux locaux et les coffres forts qu'ils fracturent sont ceux d'un gangster russe particulièrement amateur de tortures.
Dave Zeltserman raconte cette histoire dans un style dépouillé qui s'attarde sur de petits détails, à la façon dont chaque élément du quotidien s'enchaîne pour provoquer la chute du héros. Dan est obligé de ménager son épouse pour éviter qu'elle ne s'inquiète alors qu'à chaque discussion elle semble découvrir un élément supplémentaire de la vérité. Plus le récit avance, plus l'on s'avance lentement, sous les couleurs apparentes d'une comédie un peu sombre, dans la noirceur la plus totale, comme si nous commencions notre lecture par un texte de Donald Westlake avec son personnage truculent de Dortmunder pour l'achever par un récit du même Donald Westlake (sous le pseudonyme de Richard Stark) mais avec Parker comme personnage central.

Citation

- Malheureusement pour toi, tu n'as rien à me dire qui puisse m'intéresser. Puis approchant la lame du scalpel du torse nu, il se mit au travail.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 09 décembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page